Ouganda : le chef rebelle Dominic Ongwen condamné à 25 ans de prison par la CPI

·3 min de lecture

Ancien enfant soldat et commandant de la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Dominic Ongwen a été condamné jeudi à 25 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale. Selon l'ONU, la LRA a massacré plus de 100 000 personnes et enlevé 60 000 enfants.

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné, jeudi 6 mai, Dominic Ongwen, enfant soldat ougandais devenu un commandant de la brutale rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), à 25 ans de prison pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Dominic Ongwen, 45 ans, avait été reconnu coupable en février de 61 chefs d'accusation, dont celui de grossesse forcée, qui n'avait jusqu'à présent jamais été prononcé par la CPI, basée à La Haye. Il avait aussi notamment été jugé coupable de meurtre, viol, esclavage sexuel et conscription d'enfants soldats.

"À la lumière de la gravité des crimes que vous avez commis, la chambre vous condamne à une période totale d'emprisonnement de 25 années", a déclaré le juge Bertram Schmitt en s'adressant à Dominic Ongwen.

Selon le tribunal, Dominic Ongwen a ordonné au début des années 2000 des attaques contre des camps de réfugiés, alors qu'il était l'un des commandants de la LRA, un groupe armé dirigé par le fugitif Joseph Kony, qui a mené une guerre brutale en Ouganda et dans trois pays voisins afin d'établir un État basé sur les dix commandements de la Bible.

Dominic Ongwen était passible de la prison à perpétuité. Mais estimant que son histoire – lui-même enlevé par le groupe rebelle à l'âge d'environ neuf ans – justifiait une peine inférieure, l'accusation avait requis 20 ans de prison. "C'est une circonstance qui distingue cette affaire de toutes les autres jugées par ce tribunal", avait déclaré Colin Black, membre de l'accusation, lors de l'audience de détermination de la peine en avril devant la CPI.

Après avoir plaidé l'acquittement lors du procès, soulignant que l'accusé avait lui-même été victime de la brutalité du groupe rebelle, la défense avait demandé, lors de cette audience de détermination de la peine, 10 ans de prison pour l'ancien enfant soldat, surnommé la "fourmi blanche".

Les victimes, elles, réclamaient la réclusion à perpétuité.

>> À (re)voir sur France 24, notre Focus : En Ouganda, des cours de chant pour la réinsertion des anciens enfants-soldats

Victime et bourreau

Dominic Ongwen a toujours nié "au nom de Dieu" l'ensemble des accusations contre lui. Il a déclaré devant la CPI que la LRA l'avait forcé à manger des haricots imbibés du sang des premières personnes qu'il avait été obligé de tuer en guise d'initiation, après avoir été enlevé.

"Je suis devant ce tribunal international avec tant d'accusations, et pourtant je suis la première victime d'enlèvement d'enfants", a-t-il dit lors de son procès. "Ce qui m'est arrivé, je ne crois même pas que cela soit arrivé à Jésus-Christ", a-t-il ajouté.

En le jugeant coupable, les juges de la CPI avaient reconnu que Dominic Ongwen avait lui-même beaucoup souffert mais estimé que ses crimes avaient été commis "en tant qu'adulte responsable et commandant de l'Armée de résistance du Seigneur".

Selon l'ONU, la LRA a massacré plus de 100 000 personnes et enlevé 60 000 enfants lors de violences qui se sont étendues au Soudan, à la République démocratique du Congo et à la République centrafricaine.

Dominic Ongwen, qui s'est rendu en 2015, est le premier commandant de la LRA à être jugé par la CPI. Le fondateur du groupe, Joseph Kony, est considéré comme toujours en fuite et fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles