Ouganda: une Américaine poursuivie pour exercice illégal de la médecine

Une jeune Américaine qui faisait croire qu’elle était médecin est poursuivie par la justice ougandaise pour exercice illégal de la médecine. Selon les avocats de plusieurs mères d’enfants décédés, elle aurait provoqué la mort de centaines d’enfants dans l’est du pays.Il arrivait que des patients l’appellent « docteur ». Peut-être parce que Renee Bach portait une blouse blanche et qu’elle avait souvent un stéthoscope au cou. Mais Renee Bach n’était ni médecin ni infirmière. Elle exerçait la médecine en toute illégalité, allègue une avocate ougandaise. Maître Beatrice Kayaga et deux co-plaignantes, deux mères dont les enfants sont morts en bas âge à sa prétendue « clinique », l’attaquent donc en justice, elle et son ONG américaine.Serving His Children (« Au service de ses enfants ») est pourtant enregistrée en bonne et due forme en Ouganda. Mais sur le papier, il est question d’évangélisme, pas d’enfants malades.Situé à Masese, sur les rives du lac Victoria, ce centre de santé pas comme les autres accueillait principalement des enfants dénutris. Des mères qui avaient entendu dire qu’on y nourrissait les enfants malades gratuitement ont commencé à s’y rendre à partir de 2009. Pour des soins d’une qualité plus que contestable, affirment les avocats des plaignants.Jusqu’en 2015, quand les autorités ont fermé cette « clinique », au moins cinq enfants y mouraient chaque semaine. C’est du moins ce qu’allègue la plainte, en se fondant sur les témoignages d’anciens employés.Le procès à la Haute Cour de l'Ouganda devrait reprendre en janvier.

Une jeune Américaine qui faisait croire qu’elle était médecin est poursuivie par la justice ougandaise pour exercice illégal de la médecine. Selon les avocats de plusieurs mères d’enfants décédés, elle aurait provoqué la mort de centaines d’enfants dans l’est du pays.

Il arrivait que des patients l’appellent « docteur ». Peut-être parce que Renee Bach portait une blouse blanche et qu’elle avait souvent un stéthoscope au cou. Mais Renee Bach n’était ni médecin ni infirmière. Elle exerçait la médecine en toute illégalité, allègue une avocate ougandaise. Maître Beatrice Kayaga et deux co-plaignantes, deux mères dont les enfants sont morts en bas âge à sa prétendue « clinique », l’attaquent donc en justice, elle et son ONG américaine.

Serving His Children (« Au service de ses enfants ») est pourtant enregistrée en bonne et due forme en Ouganda. Mais sur le papier, il est question d’évangélisme, pas d’enfants malades.

Situé à Masese, sur les rives du lac Victoria, ce centre de santé pas comme les autres accueillait principalement des enfants dénutris. Des mères qui avaient entendu dire qu’on y nourrissait les enfants malades gratuitement ont commencé à s’y rendre à partir de 2009. Pour des soins d’une qualité plus que contestable, affirment les avocats des plaignants.

Jusqu’en 2015, quand les autorités ont fermé cette « clinique », au moins cinq enfants y mouraient chaque semaine. C’est du moins ce qu’allègue la plainte, en se fondant sur les témoignages d’anciens employés.

Le procès à la Haute Cour de l'Ouganda devrait reprendre en janvier.