"Oublions Hercule" : que signifie l'abandon du nom du projet de réorganisation d'EDF annoncé par Bruno Le Maire ?

franceinfo
·1 min de lecture
"Oublions Hercule" : que signifie l'abandon du nom du projet de réorganisation d'EDF annoncé par Bruno Le Maire ?

"Oublions Hercule et construisons ensemble le grand EDF." Dans les colonnes du quotidien Ouest-France, vendredi 23 avril, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a acté l'abandon du nom "projet Hercule" à propos du chantier tant décrié de réorganisation d'EDF. Présenté en juin 2019, ce plan consiste en une transformation du groupe EDF en trois entités distinctes. Il fait déjà l'unanimité contre lui, syndicats et opposition y voyant une manière de démanteler une entreprise stratégique.

Interrogé par le quotidien, le ministre a tenté de rassurer, vendredi : "L'unité du groupe EDF ne se négocie pas. Nous ne démantèlerons pas EDF." Et Bruno Le Maire de souligner son intention de garder des liens entre les différentes structures du groupe : "Son unité passe par des garanties formelles sur lesquelles nous sommes encore en discussion avec la Commission [européenne] : par exemple une direction des ressources humaines qui puisse s'occuper de l'ensemble des salariés du groupe." Il a notamment insisté sur le maintien des financements entre les filiales, une "ligne rouge" à ne pas dépasser selon son entourage : "L'unité, c'est aussi la possibilité d'avoir des flux financiers entre les différentes entités du grand EDF : le nucléaire, les énergies renouvelables ou les réseaux. La négociation se poursuit."

Un projet toujours d'actualité

Faut-il voir dans ces annonces une manière de revenir sur le projet ? Pas vraiment. Si le nom Hercule est abandonné, le projet, lui, n'est ni retiré (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi