Ouïghours : la France hausse le ton face à la Chine

Jusqu’où la diplomatie française va-t-elle hausser le ton face aux persécutions des Ouïghours en Chine ? Au Sénat, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian affirme avoir des documents et des témoignages accablants sur les traitements infligés par Pékin sur cette minorité musulmane. Les Ouïghours sont concentrés pour la plupart dans le Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. 12 millions de Ouïghours vivent actuellement dans cette région, berceau de la route de la soie, où ils vivent depuis des siècles. Des Ouïghours internés et remplacés Désormais, seul un habitant sur deux est un Ouïghour. Ils sont peu à peu remplacés par l’ethnie majoritaire chinoise, poussée par le gouvernement à s’installer sur place. Depuis 2014, des Ouïghours, perçus comme des ennemis du régime, sont entassés dans des centres dits de rééducation. De véritables prisons où ces musulmans subissent violences, tortures et propagande. “Une fois, je suis restée enchainée à mon lit pendant 20 jours sans savoir si j’avais enfreint le règlement", se souvient Gulbahar Haitiwaji, rescapée d’un camp. Certains pays comme les États-Unis qualifient de génocide le traitement réservé aux Ouïghours. Pékin assure que ces centres forment la population et luttent contre le terrorisme.