Ouïghours : après son refus d'utiliser du coton du Xinjiang, H&M dans le viseur de la Chine

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La Chine, de plus en plus offensive face aux accusations de violation des droits de sa minorité ouïghoure, a pris des mesures de rétorsion contre le géant du prêt-à-porter suédois H&M, qui avait décidé l'an dernier d'arrêter d'utiliser du coton en provenance du Xinjiang, province peuplée d'Ouïghours. Les produits H&M ont disparu, mercredi 24 mars, de la plateforme Taobao, propriété du géant Alibaba, tandis que deux acteurs populaires ont coupé leurs liens avec le groupe suédois et que les médias d'Etat chinois ont critiqué le groupe.

Les médias d'Etat ont ainsi parlé de "mensonges" et "d'intentions cachées", la chaîne CCTV accusant H&M de "manger le riz chinois tout en cassant le bol" et de chercher à "détruire le développement des entreprises et des travailleurs chinois". L'actrice et chanteuse chinoise Victoria Song, qui a collaboré l'an dernier avec H&M sur une collection, a publié un communiqué indiquant qu'elle coupait ses liens avec le groupe et que "les intérêts du pays passaient avant tout".

"Aucune position politique", se défend le groupe

Le groupe d'habillement Hennes et Mauritz (H&M) avait annoncé l'an dernier qu'il n'utiliserait plus de coton provenant du Xinjiang, province chinoise peuplée d'Ouïghours, minorité musulmane réprimée et exploitée par Pékin selon les défenseurs de droits humains, ce que nie le régime communiste. H&M China a déclaré dans un communiqué mercredi qu'il n'endossait "aucune position politique" et restait engagé sur le long-terme en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi