«Otoniel», le plus grand narcotrafiquant de Colombie, extradé vers les États-Unis

Le plus grand narcotrafiquant de Colombie, « Otoniel », âgé de 50 ans, a été extradé, mercredi 4 mai, vers les États-Unis, a annoncé le président colombien Ivan Duque.

« Je tiens à informer que Dairo Antonio Usuga, alias Otoniel, a été extradé », a déclaré dans la soirée le président colombien sur Twitter. Narcotrafiquant le plus recherché de Colombie, « Otoniel » avait été arrêté le 23 octobre dans le nord-ouest du pays lors d'une vaste opération militaire. Il est poursuivi pour trafic de drogue depuis 2009 devant un tribunal de New York.

« Il s'agit du trafiquant de drogue le plus dangereux du monde, du meurtrier de leaders sociaux et de policiers, d'un violeur d'enfants et d'adolescents. Aujourd'hui, la légalité, l'État de droit, la force publique et la justice triomphent », s'est félicité le chef de l'État colombien. Les médias locaux ont diffusé les images d'un convoi d'imposants véhicules blindés, escortés de policiers lourdement armés, se rendant vers l'aéroport de Bogota.

Des proches des victimes d'Otoniel avaient demandé une « suspension » de l'extradition, invoquant leur droit de connaître la vérité et de recevoir des réparations. Mais la justice colombienne a finalement donné son feu vert à son extradition jeudi, a indiqué à l'Agence France-Presse l'équipe de défense de Dairo Antonio Usuga.

À la tête d’une organisation comprenant 1 600 hommes

Issu d'une famille paysanne du nord-ouest de la Colombie, Dairo Antonio Usuga a été guérillero d'extrême gauche, puis un paramilitaire d'extrême droite, avant de prendre la tête d'une organisation de trafic de drogue forte d'environ 1 600 hommes, qui exportait en moyenne chaque année près de 300 tonnes de cocaïne vers une trentaine de pays, selon les autorités. Il a succédé à la tête du Clan del Golfo à son frère, Juan de Dios dit « Giovanni », tué par la police en 2012.

En cinq décennies de guerre contre la drogue soutenue par les États-Unis, la Colombie a tué ou capturé plusieurs barons de la drogue, dont Pablo Escobar, abattu par les forces de l'ordre en 1993. Mais le pays reste premier producteur mondial de cocaïne et les États-Unis le principal marché, tandis que les violences liées au trafic perdurent.

À écouter : Cocaïne : les raisons de la surproduction colombienne

(Et avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles