Otan : le Parlement français ratifie l’adhésion de la Suède et de la Finlande

French far-right Rassemblement National (RN) party's Member of Parliament Sebastien Chenu speaks during a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on August 2, 2022. (Photo by Alain JOCARD / AFP)
ALAIN JOCARD / AFP French far-right Rassemblement National (RN) party's Member of Parliament Sebastien Chenu speaks during a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on August 2, 2022. (Photo by Alain JOCARD / AFP)

ALAIN JOCARD / AFP

À l’Assemblée nationale à Paris, le 2 août 2022.

OTAN - Le Parlement français a ratifié les protocoles d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan, par un vote de l’Assemblée nationale ce mardi 2 août, après la décision historique de ces deux pays de renoncer à leur neutralité en raison de l’invasion russe en Ukraine.

Les députés ont adopté le texte par 209 voix contre 46 avec le soutien de LR (droite), du Parti socialiste (PS) et des écologistes, l’abstention du RN (extrême-droite) et le vote contre de LFI (La France Insoumise, gauche radicale).

Suède et Finlande ont toutefois besoin d’une ratification des trente États membres de l’organisation pour bénéficier de la protection de l’article 5 de la Charte de l’Otan en cas d’attaque.

Et la Turquie menace de « geler » le processus, en accusant les deux pays scandinaves de bienveillance envers le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et ses alliés qu’Ankara considère comme des organisations terroristes.

La France rejoint « vingt alliés » qui « ont déjà ratifié les protocoles », a indiqué la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna.

La cheffe de la diplomatie française a souligné la « décision historique et majeure » de la Suède et de la Finlande dont « la neutralité constituait jusqu’ici un principe cardinal ».

Il « s’agit de défense collective », estime Catherine Colonna

Ce « tournant » provient du « bouleversement de nos repères géopolitiques » avec l’invasion russe en Ukraine, le recours d’une « puissance » à « la force brute » avec une « violence inouïe », des « exactions, viols, assassinats et déportations », a fustigé la ministre.

Avec l’Otan, il « s’agit de défense collective » et « en aucun cas d’être offensif », a rappelé Catherine Colonna.

« Pour l’Otan, c’est l’heure du réveil » après « la mort cérébrale » décrite par Emmanuel Macron, a estimé le président centriste de la Commission des Affaires étrangères Jean-Louis Bourlanges (MoDem, centriste).

L’insoumis Aurélien Saintoul a dénoncé un « processus dangereux » avec la « superposition de l’Otan » et de l’Union Européenne.

À l’extrême droite, Laurent Jacobelli (RN) a critiqué « un signal de défi à la Russie », avec ce processus d’adhésion, en présentant l’Otan comme une « vitrine commerciale du complexe militaro-industriel » des États-Unis.

La droite LR a soutenu cette adhésion « légitime » de « partenaires » qui « contribuent régulièrement aux opérations de l’Otan ». Mais « le fait que l’Europe de la défense ne soit pas une garantie de protection suffisante doit nous interpeller », a souligné Michèle Tabarot (LR).

Le socialiste Alain David a jugé que le contexte géopolitique rendait cette adhésion à l’Otan « nécessaire ». Il a critiqué « l’odieux chantage de la Turquie » sur le sujet, à propos des Kurdes.

À voir également sur Le HuffPost : L’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles