Otan : Erdogan menace de nouveau de «geler» l'adhésion de la Suède et de la Finlande

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Mustafa Kamaci / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau menacé ce lundi de "geler" l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan , à la veille d'un sommet tripartite avec la Russie et l'Iran à Téhéran. Lors du sommet de l'Otan fin juin à Madrid , le président Erdogan avait sommé les deux pays nordiques de "prendre leur part" dans la lutte contre le terrorisme, dont il accuse les organisations kurdes dans le nord de la Syrie , sous peine de revenir sur l'accord d'élargissement de l'Alliance atlantique.

"Nous gèlerons le processus si ces pays ne prennent pas les mesures pour remplir nos conditions"

"Nous avons adopté une attitude extrêmement claire pour la poursuite de l'élargissement de l'Otan. Je veux rappeler une nouvelle fois que nous gèlerons le processus si ces pays ne prennent pas les mesures nécessaires pour remplir nos conditions", a déclaré Recep Tayyip Erdogan devant la presse à l'issue d'une réunion de son gouvernement. "Nous constatons particulièrement que la Suède ne renvoie pas une bonne image à ce sujet", a-t-il accusé.

 

>> LIRE AUSSI : Otan : la France «soutient pleinement» la volonté de la Finlande d'adhérer à l'alliance

Le président turc doit embarquer lundi soir pour Téhéran où il s'entretiendra mardi avec les présidents russe Vladimir Poutine et iranien Ebrahim Raïssi, dont il espère obtenir le feu vert pour une intervention armée dans le nord-ouest de la Syrie. Ankara menace depuis fin mai de lancer une nouvelle opération pour créer une "zone d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles