Otan: échange d'amabilités en Turquie pour la visite du Premier ministre suédois

AP - Burhan Ozbilici

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a reçu ce mardi 8 novembre à Ankara le Premier ministre suédois Ulf Kristersson, qui a donc réservé à la Turquie son premier voyage à l'étranger depuis son élection le mois dernier. La visite était destinée à faire avancer la candidature de la Suède à l'Otan, que la Turquie continue de bloquer en invoquant une coopération insuffisante en matière de lutte contre le terrorisme.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Pour rappel, Ankara avait notamment accusé la Suède – mais aussi la Finlande, également candidate à l'entrée dans l'Alliance atlantique – de protéger des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). En juin, les trois pays ont signé un mémorandum visant à satisfaire les demandes de la Turquie.

Recep Tayyip Erdoğan a fait état de progrès, ce mardi, à l'issue de sa rencontre avec le chef du gouvernement suédois. Côté turc, le message est clair : la Suède rejoindra l'Otan quand elle aura extradé des individus que la Turquie considère comme des terroristes. Il ne s'agit pas que du PKK, mais aussi de gülenistes, ces fidèles du prédicateur Fethullah Gülen accusés d'être mêlés au coup d'État manqué de juillet 2016.

►À relire : Turquie oblige, changement de ton en Suède au sujet des Kurdes

« Plus de muscles pour lutter contre le terrorisme »

Prochaine étape : une rencontre à Stockholm à la fin du mois entre la Turquie, la Suède et la Finlande, Ankara n'ayant par ailleurs plus d'objection majeure à l'adhésion de cette dernière à l'Otan.


Lire la suite sur RFI