Otages français au Sahel : comment le Bénin est-il classé par les autres pays ?

franceinfo
Après l'enlèvement de deux Français dans le nord du Bénin, une polémique a éclaté sur les conseils donnés par les autorités aux touristes qui pénètrent dans la zone. Des consignes variables selon les pays.

Fallait-il s'aventurer dans le parc de la Pendjari ? Après l'enlèvement début mai de deux Français, libérés depuis, dans ce parc naturel du nord du Bénin, un vif débat s'est engagé sur leur responsabilité. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé que "la zone où étaient nos deux compatriotes était considérée depuis déjà pas mal de temps comme une zone rouge, c'est-à-dire une zone où il ne faut pas aller". Une déclaration hâtive puisque la classification de la zone avait évolué très récemment.


Cette polémique a mis en évidence le délicat travail opéré par les diplomates français pour définir des zones rouges et les actualiser. L'appréciation du risque diffère d'ailleurs d'un pays à l'autre, même après un événement comme l'enlèvement des deux Français. Petit tour d'horizon.

Etats-Unis : "Précautions habituelles - zones avec des risques sécuritaires plus importants"


Sur la carte du département d'Etat, le Bénin n'est pas en rouge, contrairement à d'autres pays africains comme le Mali, la Libye ou le Soudan. Le pays est hachuré, sans couleur, ce qui signifie qu'il faut faire "preuve de précautions habituelles - quelques zones présentent un risque accru". Dans le détail, il est recommandé, depuis l'enlèvement des deux Français, de reconsidérer tout voyage dans le parc de la Pendjari et le parc du W, "à cause du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi