Osez Bashung ! (France 2) Retour sur la carrière d’une icône rock

·1 min de lecture

Un cheval blanc, la piste d’un cirque, un riff de guitare électrisant et cette voix, si particulière, qui scande « Osez, osez Joséphine ». Voilà, pour beaucoup, les premières images qui s’invitent au nom d’Alain Bashung, celui que le magazine Les Inrockuptibles désignait comme le dernier des géants, quelques mois avant don décès d’un cancer, le 14 mars 2009, à 61 ans. Difficile de raconter la vie d’un géant. Le documentaire de ce soir s’y risque, en prenant le parti de la chronologie. Des débuts laborieux à la mort, presque en scène, d’une icône rock dont on aime chanter les refrains, tout en s’amusant de ne pas toujours en saisir le sens. Et c’est pourquoi, sans doute, on oscille entre la fascination pour l’histoire qui nous est racontée, et la réticence à disperser les volutes de fumée protectrice que forment des textes à tiroirs. À triple fond, les tiroirs…

À lire également

Philippe Manoeuvre : son coup de gueule concernant le rock à la télévision

Les années de galère

Réservé de nature, Bashung s’est pourtant souvent plié à l’exercice des questions de ceux qui voulaient savoir. On le voit sur des images d’archives raconter son enfance en Alsace, chez sa grand-mère, l’absence du père et, même, les gamins du village q... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles