Oscars 2021 : quand le cinéma américain communie sur l’autel de la diversité

·1 min de lecture

Vilipendée lors de ses dernières éditions pour son profil trop monochrome et machiste, la cérémonie des Oscars 2021 a honoré Chloé Zhao. La réalisatrice, Chinoise de naissance, a raflé les principaux prix avec " Nomadland ", consacré aux laissés-pour-compte de l’Amérique contemporaine. Retour sur un palmarès qui renseigne sur un certain état des choses aux États-Unis.

Avec son double pedigree de femme et d’Asiatique, Chloé Zhao, la réalisatrice de Nomadland, s’imposait logiquement comme la favorite dans une cérémonie des Oscars qui, influencée par les mouvements pour la " diversité " agitant le cocotier hollywoodien, se devait de faire la part belle à ces " minorités " si souvent ignorées dans la plus grande manifestation cinématographique américaine. Sans surprise, la cinéaste chinoise a collectionné les statuettes la nuit dernière à Los Angeles : meilleur film, meilleure réalisatrice, meilleure actrice pour l’interprète principale de la fiction, Frances McDormand.Un prix en forme de triomphe pour le " politiquement correct " ? Pas que… Nomadland, dont la sortie dans les salles de l’hexagone est, pour l’heure, prévue le 9 juin, s’impose surtout comme un témoignage puissant sur une Amérique qui n’a que très rarement droit de cité sur les écrans : celles des anonymes et des " gens de peu ", écrabouillés depuis des décennies par les logiques impitoyables du néolibéralisme et contraints d’enchaîner les petits boulots pour gagner de quoi survivre.L'Amérique des nouveaux...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Natacha Laurent, historienne : "Renoncer aux Oscars serait reconnaître la mort d’un certain cinéma"

"Judas and the Black Messiah" : les Oscars à l’heure de Black Lives Matter

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Oscars, Berlinale, Césars… Épidémie de politiquement correct dans les festivals de cinéma

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires