Comme Oscar Isaac au Met Gala, ils ont sorti leur plus belle robe

MODE - La robe continue de conquérir le cœur (et les jambes) des hommes. Ce lundi 2 mai, c’est ce que trois d’entre eux ont manifesté en se montrant dans des créations somme tout originales sur le tapis rouge du Met Gala, le dîner annuel de collecte de fonds organisé par Anna Wintour.

Oscar Isaac, la star des derniers Star Wars, a porté une pièce signée Thom Browne, créateur de mode américain connu pour ses tailleurs assortis à des jupes plissées.

Oscar Isaac, lundi 2 mai. (Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)
Oscar Isaac, lundi 2 mai. (Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)

Oscar Isaac, lundi 2 mai. (Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)

De son côté, le chanteur porto-ricain Bad Bunny, qui a par le passé expliqué préférer porter des jupes que des pantalons devant les photographes, a voulu marquer le coup, ici, dans une combinaison couleur crème pensée par Burberry et accompagnée d’une petite perruque en forme de coiffure bouffante.

(Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)
(Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)

(Photo: Jeff Kravitz via Getty Images)

Le clou du spectacle revient quand même à Jordan Roth. Le producteur de théâtre américain est venu, lui aussi en Thom Browne, mais paré d’un énorme manteau matelassé et d’une robe futuriste. Une manière de revisiter, selon lui, le smoking à la façon d’une gogotte, une forme rocheuse naturelle qu’on peut notamment trouver en forêt de Fontainebleau.

(Photo: Theo Wargo via Getty Images)
(Photo: Theo Wargo via Getty Images)

(Photo: Theo Wargo via Getty Images)

C’est très beau, c’est très excentrique. Cependant, ça n’a aucun rapport avec le thème de cette édition 2022 du Met Gala. Comme en 2021, celui de cette année proposait à ses invités un retour en arrière sur une période de l’histoire des États-Unis. Il s’intitulait “Gilded Glamour, white tie” et faisait référence aux années 1870-1890, soit l’âge d’or américain.

L’expression, que l’on doit à l’écrivain Mark Twain, correspond à la période de prospérité qui a suivi la guerre de Sécession, période au cours de laquelle le pays a connu une croissance économique et industrielle sans précédent. C’est le grand boom des chemins de fer, des investisseurs, des innovations techniques. C’est aussi l’arrivée en grande pompe des gratte-ciels à New York... et de Vogue.

Ce lundi, l’heure était aux cravates blanches, au satin, aux plumes, aux franges et même aux nœuds papillons. Des accessoires dignes du code vestimentaire de la soirée mondaine, mais pas pour Oscar Isaac et ses compères.

À voir également sur Le HuffPost: Au Met Gala 2022, Blake Lively et sa robe volent la vedette

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles