Orque de la Seine : son squelette va intégrer les collections du Museum national d'Histoire naturelle

Eric Pellé/ MNHN

La scientifique Aude Lalis a supervisé la prise en charge de la dépouille du mammifère dont la mort, dans le fleuve français, a été constaté le 30 mai 2022. Elle explique à Sciences et Avenir les raisons du transfert du squelette de l'orque au Muséum national d'Histoire naturelle.

La tragique errance de l'orque dans la Seine a donc pris fin avec la découverte de sa dépouille le lundi 30 mai 2022, . L'animal de quatre mètres de long, une femelle, a été autopsié le lendemain. A l'issu de cette opération, le cadavre du mammifère a été pris en charge par des experts du MNHN, le Muséum national d'Histoire naturelle : Éric Pellé, préparateur en ostéologie au sein des Ateliers Naturalia de la Direction générale déléguée aux collections du Muséum et Aude Lalis, chercheuse à l’Institut de Systématique, Évolution et Biodiversité (MNHN/CNRS/SU/EPHE/UA) et responsable scientifique de la collection des mammifères marins. La scientifique - qui - répond aux questions de Sciences et Avenir à propos de cette opération d'ampleur qu'elle a supervisée.

"Toutes les précautions sanitaires ont été mise en place lors de l’autopsie de l'orque"

Sciences et Avenir : S'agit-il du premier squelette d'orque à intégrer le Muséum national d'Histoire naturelle ?

Aude Lalis : Le Muséum possède déjà un squelette entier d’orque qui est actuellement visible et exposé dans la galerie de paléontologie et d’anatomie comparée (au 2 rue Buffon, 75005 Paris, ndlr). Il s’agit d’un squelette donc qui est dit "monté". La collection des spécimens de mammifères marins comprend les spécimens exposés mais beaucoup plus de spécimens osseux non montés, qui sont rangés, inventoriés et stockés pour la recherche scientifique. Et c’est dans cette catégorie, que nous ne disposons pas de squelette entier d’orque. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avions que quelques crânes anciens, et quelques autres éléments anatomiques (vertèbres, omoplates...). Le squelette récupéré dernièrement ne sera ni monté ni exposé. Il intègre la collection en tant que premier squelette complet démonté.

Les causes de la mort de l'orque sont mal connues. Est-ce que cela induit des dispositions particulières pour le traitement de la dépouille ?

Oui, toutes les précautions lors de l’autopsie ont été mise en place : périmètre de sé[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles