Orléans : il essaie de vendre de la cocaïne… à un policier de la BAC

·2 min de lecture
Un homme a essayé de vendre de la cocaïne à un policier

Dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 septembre, un homme de 21 ans a abordé un inconnu pour lui vendre de la cocaïne. Son client potentiel était en fait un policier de la Brigade Anti Criminalité (BAC) qui patrouillait en civil.

Mauvaise pioche. Samedi 11 septembre, vers 1h30 du matin, un jeune Orléanais de 21 ans a été arrêté pour avoir essayé de vendre de la cocaïne à un inconnu en pleine rue, rapporte La République du Centre. Et pour cause, le client potentiel s’est avéré être un policier de la BAC en civil, qui patrouillait dans le but de repérer de la délinquance dans la rue.

Abordé sur les quais de la Loire, à Orléans, le policier se montre intéressé lorsque le jeune dealer lui propose de lui vendre de la drogue. Pensant certainement sentir un bon coup, le vendeur propose à son acheteur de le retrouver un peu plus loin quelques minutes plus tard pour procéder à la transaction illégale. Le baqueux, surnom donné aux policiers de la BAC, accepte le rendez-vous et s’y présente.

Une réduction de 10%

C’est là que les choses dégénèrent pour le jeune homme de 21 ans, malgré la réduction de 10% qu’il accorde généreusement au policier. Quelques minutes après l’échange, il est interpellé par le policier et ses collègues appelés en renfort. Ceux-ci procèdent ensuite à des perquisitions à son domicile et dans son véhicule sans résultat. Le dealer explique aux policiers qu’il avait acheté 10 grammes de cocaïne pour les revendre et qu’il avait vendu ses dernières doses au fonctionnaire en civil.

Inconnu des services de police, le petit délinquant a finalement été remis en liberté le dimanche avec une convocation devant la justice.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles