A Orléans, Fillon répète qu'il ne se soumettra pas

par Mourad Guichard
François Fillon a répété mardi qu'il ne se "soumettrait" pas, malgré l'enquête le visant et les défections en série, et appelé ses soutiens à braver à ses côtés "la mitraille des attaques". /Photo prise le 7 mars 2017/REUTERS/Charles Platiau

par Mourad Guichard

ORLEANS (Reuters) - François Fillon a répété mardi qu'il ne se "soumettrait" pas, malgré l'enquête le visant et les défections en série, et appelé ses soutiens à braver à ses côtés "la mitraille des attaques".

Le candidat de la droite a par ailleurs invité "solennellement et amicalement" ses partenaires centristes à rejoindre sa campagne.

"A Orléans, le mot soumission, cela fait des siècles qu'on l'ignore! Moi non plus je ne me soumets pas!", a lancé François Fillon lors d'un meeting au Zénith d'Orléans (Loiret), devant 2.500 personnes parmi lesquelles de nombreux élus locaux.

"Je repense à cette réplique de Jeanne d'Arc face à ses juges : passez outre, je vous prie!", a ajouté l'ex-Premier ministre, faisant allusion à la libératrice de la ville en 1429. "C'est à ses mots que je pense aujourd'hui: passez outre les attaques dont je suis la cible!".

François Fillon, qui a imposé sa candidature à un camp fracturé, s'est félicité que "le peuple" ait répondu présent, dimanche, à son appel au rassemblement au Trocadéro, rejetant les propos de son ancien rival Alain Juppé selon lesquels "le noyau des militants et sympathisants LR s'est radicalisé".

"JE NE VAIS PAS COMMENCER UNE CARRIÈRE DE PUTSCHISTE"

"Certains annonçaient et espéraient un flop, d'autres prédisaient des tensions et des bagarres, certains même me soupçonnaient de vouloir attaquer nos institutions, comme si à 63 ans, j'allais commencer une carrière de putschiste", a-t-il dit devant une foule qui scandait "Fillon président!".

"Si les rangs avaient été clairsemés, si la place avait été vide, j'en aurais tiré les conclusions", a ajouté François Fillon, pour qui ce rassemblement a conforté sa légitimé.

"Mais voilà, cette vague immense, cette vague tricolore, était là, prête à tout donner pour la victoire", a-t-il poursuivi, estimant, dans une réplique directe à Alain Juppé, que "les 200.000 Françaises et Français qui sont venus au Trocadéro n'étaient pas des extrémistes".

Après avoir égrené les détails de son programme sur l'école, le temps de travail ou encore la diminution du nombre de fonctionnaires, François Fillon a appelé ses soutiens à se réapproprier le scrutin présidentiel.

"Vous voulez que ces élections soient vraiment les vôtres? Alors affirmez vos convictions, bravez la mitraille des attaques, soyez plus forts que les autres, ayez le coeur plus grand que les autres, debout contre tous les vents et prenez la liberté pour étendard, tenez ferme le drapeau tricolore, le drapeau des rebelles!", a-t-il dit.

En marge du meeting, une vingtaine de militants de gauche arboraient des casseroles et des poêles, en référence à l'information judiciaire qui vise le candidat de la droite en raison notamment d'emplois fictifs dont aurait bénéficié sa famille.

(édité par Chine Labbé)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages