Les origines du monde s'exposent à Paris au musée d'Orsay

·2 min de lecture

Initialement prévue en décembre 2020, la grande exposition du Musée d'Orsay, bien qu'installée, n'avait pu ouvrir ses portes en raison des restrictions sanitaires. Elle n'a heureusement pas été annulée mais sera visible deux fois moins longtemps que prévu. Une rencontre fascinante entre arts et sciences.

C’est une véritable exposition d’histoire des sciences qui s’est installée dans en écrin pour des œuvres occidentales réalisées entre la révolution de 1848 et la Première Guerre mondiale. Un projet ambitieux mené pendant trois ans sous la direction de la neurologue et historienne des sciences Laura Bossi, en partenariat avec le Muséum national d’histoire naturelle et le musée des beaux-arts de Montréal (Canada). En résulte une fascinante exploration de "l’invention de la nature au XIXe siècle". Un siècle qui a vu la théorie darwinienne bouleverser la place de l’humain dans la nature comme sa relation avec les autres animaux qu’elle abrite. Une révolution qui ruissela sur toute la société et en particulier sur les artistes. En ce sens, cette exposition n’est pas une confrontation "arts et sciences" mais bien une transformation commune des arts et des sciences qui s’alimentaient mutuellement. Le beau rejoint le précis et la rigueur permet à l’imagination de s’exprimer.

Les explorations attirent l'attention sur les grands animaux

Le parcours commence par des représentations du monde biblique jusqu’à la Renaissance où apparaissent les premières reproductions précises des animaux et des plantes. C’est l’époque des cabinets de curiosité et des premiers traités de zoologie. Les grandes explorations amènent le grand public à se passionner pour les grands animaux comme en témoigne l’histoire du rhinocéros Clara, exhibé dans toutes les cours d’Europe avant de passer à la postérité, via sa représentation dans l’Histoire naturelle de Buffon comme dans l’Encyclopédie. La première moitié du XIXe siècle sera celle de l’inventaire du vivant. Les magnifiques vélins du Muséum trouvent place naturellement aux côtés des œuvres de peintres naturalistes et animaliers. De quoi préparer le terrain à la théorie de l’évolution qui prend forme en parallèle dans différents pays avant que la sélection naturelle ne soit formalisée par Wallace et Darwin et que le second n’y ajoute la sélection [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles