Aux origines de la légende de la dame blanche

Sa seule évocation suffit à provoquer quelques frissons. Née dans les écrits du Moyen-âge, la dame blanche est toujours aussi glaçante. Si son potentiel effrayant n’a pas bougé, la légende a, elle, beaucoup évolué. “Ce qui est intéressant avec cette croyance, c’est que les gens la pensent très ancienne, alors que, telle qu’elle est évoquée aujourd’hui, elle est en fait très récente,” s’amuse Marie-Charlotte Delmas, historienne, spécialiste des croyances populaires, auteure du Dictionnaire de la France merveilleuse (Ed. Omnibus).

C’est au Moyen-âge qu’est évoquée pour la première fois l’existence de fées qualifiées de “femmes blanches”. Au 16è siècle, il s’agit alors de fée malveillantes, particulièrement dangereuses pour les petits enfants. Mais c’est au 19e siècle, véritable vivier de légendes et de croyances populaires, que l’on retrouve le plus de traces de ces fantômes. “La dame blanche désigne alors soit des fées, gardiennes d’un territoire sur lequel il est risqué de s’aventurer, soit des revenantes,” explique Marie-Charlotte Delmas.

Et ce sont ces femmes qui reviennent de l’au-delà qui vont marquer les esprits au 19è siècle. Qualifiées de “dames”, ces châtelaines réapparaissent dans leur demeure après leur mort. “Le vêtement blanc qu’elles portent rappelle à la fois le suaire dans lequel on enveloppait traditionnellement les défunts mais aussi l’innocence de ces victimes, souvent mortes dans des circonstances tragiques”, détaille l’historienne. Une croyance qui s’inscrit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Göbekli Tepe : les 5 mystères du plus ancien temple de l'humanité
Divinités égyptiennes : des dieux avides de sexe
Halloween : la secte cannibale de Magdalena Solis, "la grande prêtresse du sang"
Sorcellerie : quand a-t-on arrêté de brûler les sorcières?
Halloween : le Monstre de Florence, le détraqué qui hante encore l’Italie