Origine de la peste noire, découverte d'une épave rarissime et sélection naturelle : l'actu des sciences en ultrabrèves

LMUSRALINA_SIZEM

Au sommaire des ultrabrèves du 16 juin 2022 : l'origine de la peste noire identifiée au cœur de l'actuel Kirghizistan, l'extraction d'une épave rarissime du Moyen-Âge près de Bordeaux et la sélection naturelle est deux fois plus rapide que prévu.

L’actualité scientifique du 16 juin 2022, c’est :

En archéo :

  • Des travaux de l'université allemande de Tübingen montrent que la peste noire, la plus grande pandémie de notre histoire, est née près d’un lac d’Asie centrale dans l'actuel Kirghizistan.

  • L’équipe a découvert de l'ADN correspondant à Y. pestis, la bactérie de la peste noire, dans les dents de trois des sept individus provenant de ces communautés.

  • A l'époque, ce ne sont pas les rats qui sont suspectés d’avoir transporté la maladie mais les populations de marmottes, très répandues dans cette région, selon les chercheurs.

En archéo :

  • L’épave d’un voilier d’une quinzaine de mètres datant du haut Moyen-Âge retrouvée à Villenave-d’Ornon, est actuellement fouillée par une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

  • Daté d’entre le 7e et 8e siècles, l’objet constitue un témoignage exceptionnel de l’architecture navale de cette période, tant celle-ci est méconnue, faute de textes.

  • Exécutée en amont d’un projet d’aménagement urbain, la fouille de ce nouveau vestige, qui consiste en son retrait de la vase pièce par pièce, devrait se poursuivre jusqu’en septembre prochain.

En archéo :

  • Une étude de l’Australian National University de Canberra, en Australie, a montré que la sélection naturelle permet un gain de 18,5% de chances de survie de la descendance, contre 9% dans les précédentes études.

  • Pour mener ces travaux, les chercheurs ont dû réunir des jeux de données très divers, détaillant chacun jusqu’à 50 ans d’observations sur 19 populations de 15 espèces d’oiseaux et de mammifères

  • La génétique quantitative utilisée évalue à quel point la transmission de la caractéristique observée est due à la génétique et non à l’environnement ou à la culture.

En nature :

  • Actuellement, outre Saint-Nazaire, trois autres sites sont en construction en Normandie et en Bretagne et quatre autres appels à projet sont en cours pour une puissance prévue à 2,4 gigawatts (GW) en 2023, soit l’équiva[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles