Origine du Covid-19, empoisonnement au chlordécone et PAC encadrée par la loi Climat : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 2 avril 2021 : le rapport de l'OMS sur l'origine du Covid-19 inquiète, l'empoisonnement au chlordécone est sujet à controverses, la PAC sera probablement soumise à la loi Climat et résilience.

L'actualité scientifique du 2 avril 2021 c'est :

En santé : .

  • L'étude d'experts internationaux sur l'origine du virus SARS-CoV-2 a été retardée de manière significative.

  • Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé une enquête sur l'hypothèse d'une fuite du virus d'un laboratoire en Chine.

  • Les experts n'écartent pas l'hypothèse d'une transmission par de la viande surgelée.

En nature : .

  • Un dépôt des plaintes avait été mis en oeuvre en 2006 pour empoisonnement au chlordécone en Guadeloupe et en Martinique.

  • Plus de 90% de la population adulte en Guadeloupe et Martinique est contaminée par le chlordécone.

  • Les juges d'instruction ont fait savoir que des preuves avaient disparu.

En nature : .

  • La loi "Climat et résilience" prévoit de soumettre la politique agricole commune (PAC) aux objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de préservation de la biodiversité.

  • L'objectif de la PAC est avant tout économique.

  • La PAC et les politiques environnementales ne sont pas connectées.

En archéo : .

  • Le samedi 3 avril 2021, 22 momies royales quitteront le musée égyptien de la place Tahrir, au Caire, pour rejoindre le nouveau Musée national de la civilisation égyptienne.

  • Le musée présente la civilisation égyptienne des temps préhistoriques à nos jours.

  • Un cortège de 22 chars décorés, accompagnés de participants en costume d’époque, devrait transporter les royales momies des 17e, 18e, 19e et 20e dynasties.

En santé : .

  • L'ivermectine est un médicament antiparasitaire, dont les essais cliniques n'ont pas montré d'efficacité sur les patients atteints du Covid-19.

  • L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé mercredi 31 mars 2021 "de ne pas utiliser l'ivermectine" pour les patients atteints du Covid-19, à l'exception d'essais cliniques.

  • Peu chère, déjà utilisée dans certains pays, par exemple en Amérique latine, l'ivermectine partage des points communs avec l’hydroxychloroquine et déclenche un engouement comparable sur les r[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi