Orientation: une année charnière pour les lycéens

de Coustin, Paul
Le tirage au sort pour l’entrée à l’université ne devrait plus exister en 2018. / Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Cette année va être difficile pour les futurs bacheliers. Outre la préparation du bac, beaucoup d’incertitude subsiste autour du futur portail qui remplacera Admission post-bac.

Il ne fait pas bon être élève de terminale cette année. Les lycéens qui passeront leur bac en juin avancent pour l’instant à l’aveugle vers l’enseignement supérieur. La plateforme Admission Post Bac (APB) sur laquelle ils doivent formuler leurs vœux? Elle est vouée à disparaître, et on ne sait ni quand ni par quoi elle sera remplacée. L’entrée à l’université? Elle pourrait être conditionnée par des prérequis, forme de sélection qui indiquera les acquis nécessaires aux différentes filières. Autre mauvaise nouvelle pour les futurs étudiants: l’afflux démographique qui a causé tant de problèmes à APB et aux universités cette année devrait être plus important encore en 2018.

»Lire aussi-Inscrivez-vous aux Rencontres du Figaro Etudiant

Réunis par la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, l’ensemble des acteurs concernés négocient les solutions à mettre en œuvre pour résoudre l’ensemble de ces problèmes. Ouverte le 17 juillet, la concertation sur l’accès à l’université prend fin cette semaine. Premier chantier à lancer de toute urgence: la refonte d’APB, cette plateforme qui oriente, via un algorithme, les bacheliers vers l’enseignement supérieur. Face à l’afflux exceptionnel d’étudiants dû au boom démographique des années 1999 et 2000, le système d’orientation s’est retrouvé saturé de candidatures et n’a pu satisfaire la demande. À l’issue de la procédure, 3 729 bacheliers sont restés sur le carreau. L’année précédente, ils n’étaient «que» 2 517 dans la même situation. Plus problématique encore, le recours accru au tirage au sort dans les filières dites «en tension» (lire ci-dessous). La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) s’en est d’ailleurs offusquée, le 28 septembre, en mettant en demeure le ministère de l’Enseignement supérieur. L’autorité (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Les Rencontres du Figaro Etudiant 
LeFigaro Étudiant organise ateliers et conférences pour mieux s’y retrouver 
L’engouement des jeunes pour les écoles post-bac ne se dément pas 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Etudiant

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages