Orelsan : ces menaces de personnalités politiques pour déprogrammer les concerts du rappeur

·1 min de lecture

Sur la scène musicale, Orelsan ne fait pas l'unanimité. L'artiste de 38 ans a été reconnu plusieurs fois aux Victoires de la musique pour son talent. Pour autant ce dernier a plusieurs polémiques à son actif. En cause, le caractère jugé parfois violent de ses chansons, à l'image de Sale pute, un titre issu de son premier album en 2009, accusé d'inciter à la violence contre les femmes. La même année, auprès de nos confrères du Monde, le rappeur avait alors expliqué les paroles du morceau. "Dans cette chanson, j'essaie de montrer comment une pulsion peut transformer quelqu'un en monstre. J'ai tourné un clip où je porte un costume cravate et bois de l'alcool, pour montrer qu'il s'agit d'une fiction", se justifiait-il. Une mise au point qui n'aurait, semble-t-il, pas suffi à défendre Orelsan aux yeux de certains politiques de l'époque. Dans la biographie Orelsan, le Rimbaud du rap écrite par Alain Wodrascka - en vente depuis le jeudi 22 avril 2021, Daniel Colling, le fondateur du festival Le Printemps de Bourges se souvient du mouvement anti-Orelsan.

Selon Daniel Colling, la classe politique aurait fait pression, en 2009, pour déprogrammer les concerts de l'interprète de Suicide social. "Le passage d'Orelsan au Printemps n'était pas isolé. (...) Une centaine d'élus des villes où il devait chanter se sont retournés contre les directeurs de ces petites salles de 300 à 500 places, arguant qu'il était inadmissible d'accueillir un artiste qui tenait dans ses chansons des propos diffamatoires. (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Bernard de La Villardière : sa mère trouve qu'il est "mal filmé" sur M6 !
Ici tout commence : une ex-Miss au casting du feuilleton ?
Funérailles du prince Philip : ce qu'Elizabeth II aurait glissé à sa dame de compagnie au retour au château de Windsor
PHOTO Marion Rousse fière de son chéri : elle partage un adorable cliché d'eux avec le trophée
"Faites attention à ce que vous recommandez" : le ministre de l'Économie Bruno Le Maire en appelle à la responsabilité des influenceurs