OrelSan et Jul, rois de France des albums vendus en 2022

Deux couronnes pour un royaume: "Civilisation" d'OrelSan est l'album le plus vendu en 2022 en France, tandis qu'un autre rappeur, Jul, est l'artiste le plus écouté avec sept disques en solo dans le Top 200 officiel dévoilé vendredi.

"Civilisation" trônait déjà en tête des ventes de l'année 2021. "Ce n'est pas systématique qu'un artiste se maintienne en tête deux années de suite, c'est une référence", commente pour l'AFP Alexandre Lasch, directeur général du Syndicat national de l'édition phonographique (Snep), qui révèle ce classement.

Il faut remonter à Stromae (2013 et 2014 pour "Racine Carrée") et Adele (2011 et 2012 avec "21") pour retrouver telle performance.

Sorti en novembre 2021, "Civilisation" totalise 406.837 ventes en 2022 en combinant exemplaires physiques - CD, vinyles -, téléchargements et écoutes sur les plateformes de streaming, selon le Snep.

Mais, avec sept albums en solo dans le Top 200, le prolifique Jul présente 582.635 ventes cumulées (sans compter les albums collectifs "13'Organisé" et "Le Classico organisé" qu'il a impulsés). Lui aussi est coutumier du fait (549.000 ventes cumulées pour ses 8 albums dans le Top 200 en 2021).

Son secret ? Le Marseillais de 32 ans, en sortant en moyenne deux albums par an, entretient un flux constant d'écoutes sur les plateformes entre nouveaux et anciens disques (aucun de plus de trois ans n'est comptabilisé par le Snep).

"Avant, on achetait un CD et c'était figé, qu'on l'écoute beaucoup ou pas", analyse Alexandre Lasch.

Mais, au niveau visibilité, le grand gagnant 2022 aura été OrelSan, 40 ans. Si on ne parle que d'un seul disque, avec "Civilisation" le rappeur normand règne sur un podium complété par le Francilien Ninho (283.242 exemplaires pour "Jefe") et le Belge Stromae (242.224 ventes pour "Multitude").

- "L'odeur de l'essence" -

Auteur du tube "Basique" il y a cinq ans, OrelSan aura cette fois fait parler de lui avec "L'odeur de l'essence", morceau dénonçant le cocktail polémique/extrémisme/outrance servi dans les débats autour de la campagne présidentielle.

"Je ne suis pas trop l'actualité mais, en parlant avec les gens qui m'entourent, je vois que ça devient des thématiques de la campagne", avançait-il modestement auprès de l'AFP en novembre 2021.

En 2022, il aura en tout cas fait mentir le titre de son premier album, "Perdu d'avance" (2009). En février, il signe un triplé aux Victoires de la musique dans les catégories artiste masculin, chanson ("L'odeur de l'essence") et création audiovisuelle pour "Montre jamais ça à personne".

Cette série-documentaire (sur Amazon Prime Video) a créé l'événement grâce à une matière première plus riche que celle de la concurrence. Une vingtaine d'années filmées par son frère ont été exploitées, renforçant sa proximité avec le public.

On y voit notamment les premières années de galère, entre petit boulot de veilleur de nuit dans un hôtel ou encore cette "battle" (duel de rappeurs au micro) ratée devant un jury de pointures où siègent Diam's et Booba.

- "Bercy sur toute la s'maine" -

Le succès a même engendré une saison 2, sur une chronologie plus resserrée, autour de l'accouchement pénible de "Civilisation".

La défense sur scène de ce nouvel opus s'est en revanche déroulée comme dans un rêve avec une tournée qui a rassemblé 1,2 million de spectateurs en 2022, entre concerts en tête d'affiche et festivals.

"Paris, merci, merci, j'pose un Bercy sur toute la s'maine" chante-t-il dans "Shonen". Il l'aura fait avec cinq soirs d'affilée à guichets fermés à l'Accor Arena, autre nom de cette salle, en début d'année. Sans oublier trois soirs à Paris La Défense Arena fin 2022.

Avec un show particulièrement bien articulé, entre intro modeste -- miroir des premières années --, clin d'œil à la culture des jeux vidéo et maîtrise finale des effets visuels.

Et maintenant ? OrelSan a le choix, entre écrire de la musique pour lui, pour d'autres ou écrire pour le cinéma, domaine déjà fréquenté avec "Comment c'est loin" (2015), qu'il avait réalisé.

pgr/mch/alc