"Il m'a ordonné de ne pas faire de bruit" : Enceinte et violée par un soldat russe, Dasha raconte l'enfer

Depuis le 24 février 2022, la guerre fait rage en Ukraine avec l'invasion de la Russie de Vladimir Poutine. Elle détruit un pays et atteint chaque âme qui y vit. Dasha, 16 ans, fait partie des victimes de ce conflit et a raconté son enfer dans les colonnes du Parisien. Enceinte et violée par un soldat russe, elle est la représentation humaine de ce qu'est un crime de guerre, une adolescente dont on semble arriver à percevoir la douleur et la force à travers le cliché en contre-jour que le quotidien a publié.

Dasha vivait dans le village de Krasnivka, pris par les Russes, libéré depuis par les Ukrainiens. Dans le lycée agricole de Kryvyï Rih transformé en centre d'accueil pour les réfugiés, elle a décidé de rapporter ce qu'elle a subi, une dernière fois, avant la naissance imminente de son bébé. Pour tourner la page et avancer, peut-être pour que le criminel soit jugé même si les espoirs sont minces.

Enceinte d'un jeune homme qui a fui vers l'ouest, Dasha est avec sa mère, sa soeur de 14 ans et ses trois petits frères, âgés de 6, 7 et 11 ans. Un matin, deux soldats complètement ivres font irruption là où se trouvent Dasha et ses proches. L'un d'eux la fait monter dans une chambre. "Il m'a demandé de me déshabiller. J'ai dit non. Il m'a dit : 'Alors j'appelle vingt camarades.'" Dasha poursuit, le regard infaillible : "Je ne voulais pas, mais je n'avais pas le choix." Sa mère n'est pas loin...

Lire la suite


À lire aussi

Une secrétaire d'Etat visée par des plaintes pour viol : une accusatrice raconte en détails son vécu...
Lou Doillon enceinte : IVG, IMG, fausses couches à répétition... elle raconte tout
Jacques Higelin : Sa petite fille, Marcia, s'apprête à faire grand bruit !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles