Des orchestres scolaires pour lier musique et engagement citoyen

<span class="caption">Jouer pour un public valorise les élèves.</span> <span class="attribution"><a class="link " href="https://www.shutterstock.com/es/image-photo/students-learn-play-violin-115836262" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:Shutterstock / Sombat Muycheen">Shutterstock / Sombat Muycheen</a></span>
Jouer pour un public valorise les élèves. Shutterstock / Sombat Muycheen

« Je me sens heureuse quand je joue avec “¡Musiquem!”. Je ne sais pas comment l’expliquer, c’est le bonheur. Peut-être que, plus tard, je pourrai devenir une grande violoncelliste. »

C’est en ces mots que Sara, une élève d’école primaire, a raconté ce qu’elle a ressenti après le concert que l’orchestre de son école a donné dans la salle symphonique de l’Auditorio de Castellón de la Plana (Espagne), sa ville natale.

Sara, ainsi que ses camarades de classe, font partie de ¡Musiquem!, un projet qui se déroule depuis cinq ans dans deux écoles primaires de Castellón de la Plana et qui a été conçu par les enseignants avec des chercheurs universitaires. Le principe : profiter des cours de musique et des heures dédiées à la pratique musicale pour former des orchestres.

Lire la suite: Les orchestres d’enfants, une piste pour démocratiser la pratique musicale ?

Les deux écoles sont interculturelles, et l’une d’entre elles compte un pourcentage important de sa population en risque d’exclusion sociale et économique avec, en outre, une image détériorée du centre par rapport aux autres écoles de la ville.

Tous les enfants de la troisième à la sixième année passent deux heures par semaine avec Musiquem et participent à l’orchestre de l’école. En classe, en plus de leur professeur de musique et de leur tuteur, ils travaillent avec deux musiciens professionnels.

Le principe de ces orchestres est d’apprendre la musique tout en la partageant avec les autres membres de la communauté éducative.

Un projet ancré dans son environnement

La musique a un potentiel extrêmement important pour aider à la communication, à la coexistence positive et à la compréhension interculturelle. On peut en tirer de grands bénéfices dans les cours de musique en primaire.

L’objectif de cet apprentissage par le partage sur lequel repose Musiquem ! est d’apprendre à connaître et à utiliser les possibilités et les ressources de l’environnement afin de participer, dans la mesure du possible, à son amélioration et à son développement. De cette façon, il ouvre la porte à un contact plus direct entre les étudiants et les membres de la communauté.

Dans l’une des écoles, des orchestres d’instruments à cordes (violons et des violoncelles) ont été créés ; dans l’autre, ils travaillent dans des ensembles de musique populaire, avec des instruments tels que des guitares électriques, des guitares basses, des tambours, etc. en utilisant une approche d’apprentissage informelle dans la classe de musique.

Dans tous ces cas, des projets conjoints ont été réalisés avec des organisations de quartier, des ONG, des conseils municipaux, etc., articulés autour de la pratique musicale et de l’expression corporelle.

Musiquem (en valencien : « faire de la musique ») est développé grâce à une collaboration quotidienne entre les enseignants de l’école primaire, à la fois tuteurs et spécialistes de la musique, et deux musiciens résidents qui viennent dans la classe et facilitent toutes les activités.

Le programme se déroule pendant les heures de cours et permet donc la participation de tous les élèves. Il prévoit des concerts et des interventions artistiques dans des maisons de retraite, des centres de santé et d’autres associations situées à proximité de l’école.

Enfin, le programme s’efforce d’impliquer les familles dans le projet afin qu’elles participent activement aux activités.

Une éducation à la musique

L’objectif de Musiquem est de construire des espaces de participation dans lesquels, à travers la création et la pratique artistiques, les élèves, en même temps qu’ils apprennent la musique, accomplissent un service social. Il s’agit donc non seulement d’une éducation pour la musique, mais aussi d’une éducation par la musique. Les actions se présentent sous la forme suivante :

  • Le projet se déroule pendant les heures de classe et consiste en deux sessions hebdomadaires. Tous les élèves de 3e, 4e, 5e et 6e année de l’école participent au projet.

  • Le programme consiste en la création d’orchestres scolaires dans lesquels les élèves ont la possibilité d’apprendre à jouer d’un instrument, à composer, à chanter, à écouter, etc.

  • Le programme est conçu en étroite collaboration entre le groupe de recherche et les enseignants de l’école. Sur la base des besoins spécifiques de l’école, des actions contextualisées sont proposées.

  • La mise en œuvre est assurée par les enseignants de l’école (tuteurs ou spécialistes de la musique) en collaboration avec des musiciens résidents. Les synergies découlant du potentiel des deux personnalités, enseignants et musiciens, sont essentielles à la mise en œuvre du projet.

  • Les enseignants et les musiciens spécialisés sont présents simultanément dans la classe et se coordonnent pour mener ensemble les actions.

  • L’apprentissage instrumental est basé sur la pratique conjointe, l’éducation auditive et l’expérimentation par le corps. La découverte du solfège est introduite à des stades ultérieurs et est progressivement adaptée aux besoins spécifiques de la performance musicale.

  • Sur la base de la pratique instrumentale et de l’expression corporelle, d’autres types d’activités sont menées dans le but de rendre un service. De cette manière, l’impact social du projet est promu.

  • Le programme est mis en œuvre en parallèle dans les cours susmentionnés. Des actions communes sont menées avec des étudiants de différents niveaux d’apprentissage. La promotion du tutorat par les pairs est la clé du succès de ces actions, tant en termes d’apprentissage que de cohésion de groupe.

Lier les effets de l’apprentissage par l’art au sens du service permet de mieux adapter les pratiques éducatives à notre réalité.

Ce faisant, nous encourageons la connaissance, l’apprentissage de l’action et, surtout, l’apprentissage de la vie en commun, l’apprentissage de la vie avec les autres et l’apprentissage de l’être.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles