Orban, Salvini et Morawiecki posent les bases d'une nouvelle alliance européenne

·2 min de lecture

Une rencontre en vue d'une alliance au Parlement européen a bien eu lieu, jeudi 1er avril, à Budapest entre le Premier ministre hongrois Viktor Orban, son homologue polonais Mateusz Morawiecki et Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue en Italie, afin de discuter d'une alliance au niveau européen. Les trois hommes se rencontraient pour la première fois depuis que le Fidesz, le parti du Hongrois, a quitté le groupe du Parti populaire européen (PPE).

Viktor Orban a l’ambition de créer un nouveau groupe au Parlement européen, mais cette rencontre avec Matteo Salvini et Mateusz Morawiecki n’a pas permis de consolider un groupe d’extrême droite. « Renaissance européenne » reste dans les limbes.

À l'issue de la réunion, Viktor Orban a salué « le premier pas d'une longue route en commun ». Prochaine étape : une nouvelle rencontre en mai, soit à Rome, soit à Varsovie, la date dépendra de l’évolution de la pandémie. L'objectif pour le Fidesz, le parti de Viktor Orban, est de former un groupe politique avec les autres partis européens qui s’opposent à l'immigration et souhaitent « protéger » la famille traditionnelle.

« Les premiers en Europe »

« Nous nous présentons comme le noyau historique et fondateur » de cette alliance, avec « l'objectif d'être les premiers en Europe », a affirmé Matteo Salvini, le chef de la Ligue d'extrême droite.

Depuis qu’au début du mois de mars, le Fidesz, qui était sur la sellette a claqué la porte du Parti populaire européen (PPE), la principale force de droite au Parlement européen, il risque en restant isolé de perdre une partie de son influence et de ses financements. Divisé et disparate, l’extrême droite a échoué jusqu’à présent à créer un groupe unique au Parlement européen.

À lire aussi : Le partage de 10 millions de doses de Pfizer/BioNTech met la solidarité européenne à rude épreuve