Orages : dévastés par les intempéries, les agriculteurs réclament une réforme des assurances

Après les fortes chaleurs qui ont entraîné une sécheresse des terres, les agriculteurs subissent les intempéries . Ce samedi, près de la moitié de la France était placée en vigilance orange pour orages . Les chutes de grêle ont chamboulé leur activité, notamment dans le Gers, où Europe 1 a rencontré un viticulteur qui a subi de lourds dégâts .

Si toutes les parcelles n'ont pas encore été recensées, on estime que ce sont entre 4.000 et 5.000 hectares de vignes qui ont été touchés. Deux Côtes de Gascogne, de Floc de Gascogne mais surtout d'armagnac. La grêle est arrivée par l'ouest jusqu'au nord-est de cette zone et des grêlons de la taille parfois d'une balle de golf ont fait d'immenses dégâts dans les Landes et dans le Gers. Une dizaine d'exploitations ont perdu la totalité de leurs récoltes. Un véritable coup dur.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Une réforme des assurances pour mieux couvrir les agriculteurs ?

"Devant chez moi, il n'y a plus rien", confie Vincent Piquemal, installé à Castelnau-d'Auzan. "On se croirait en plein hiver. C'est désolant, une perte totale... Il n'y aura pas un litre de vin qui sortira du domaine et c'est également une perte de récolte pour 2023 par rapport aux grappes qui apparaîtront l'année prochaine. Les grappes se forment sur la vigne l'année d'avant dans les futurs bourgeons. Comme on est en période de stress, puisqu'il n'y a plus de feuilles, ces grappes se préformeront mal donc on peut escompter au mieux 50% l'an...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles