"Optimiste" mais "lucide", Macron maintient le calendrier de réouverture

·2 min de lecture
"OPTIMISTE" MAIS "LUCIDE", MACRON MAINTIENT LE CALENDRIER DE RÉOUVERTURE

PARIS (Reuters) - Le calendrier de réouverture progressive des activités pénalisées par les mesures de restriction sera respecté, a déclaré mardi le président français, Emmanuel Macron, qui s'est dit "optimiste" mais "lucide" en mettant en garde contre toute baisse de vigilance dans le pays.

Si la situation sanitaire montre de nets signes d'amélioration, "il faut continuer à adopter cet optimisme un peu précautionneux", a prévenu le chef de l'Etat en visite à Tain-L'Hermitage (Drôme) à la veille d'un nouvel aménagement des mesures de restriction.

La France entamera mercredi la troisième phase du déconfinement progressif initié début mai, avec un couvre-feu retardé de deux heures, à 23h00, la réouverture des restaurants en salle, des clubs de sport, un relèvement de la jauge de fréquentation des lieux culturels et un assouplissement du télétravail.

"On est tous joyeux de retrouver les restaurants, d'avoir un couvre-feu à 23h, des salles de sports qui rouvrent, mais si nous perdons toute vigilance, le risque c'est de revenir en arrière", a prévenu Emmanuel Macron.

"L'erreur qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de ne pas se souvenir de celles qu'on a commises. Il faut se donner ces trois semaines, pour voir si on a des problèmes avec de nouveaux variants. Il faut se tenir au calendrier qui est prudent, qui permet d'avancer", a-t-il ajouté.

Une nouvelle étape du déconfinement est prévue le 30 juin avec la levée du couvre-feu instauré en octobre.

S'exprimant dans les cuisines du lycée hôtelier de Tain-L'Hermitage, le président français a parlé d'une "formidable nouvelle pour les 68 millions de Français" et salué "le retour de l’emploi, le moment où ont doit se mobiliser pour réembaucher."

Evoquant la situation du secteur de la restauration, quasiment à l'arrêt depuis l'automne dernier, il a rappelé qu'il existait en France 110.000 offres à pourvoir tout en faisant part de son espoir pour les perspectives de l'emploi dans le pays.

"Je ne fais pas partie de celles et ceux qui pensent que le pire sur le front de l'emploi arrive. Ce serait faux de dire que dans le secteur de la restauration et du tourisme nous allons vers des licenciements."

(Nicolas Delame, avec Hayat Gazzane et Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles