Comment des opposants rwandais ont été espionnés via WhatsApp

Eléonore Abou Ez

WhatsApp a déposé plainte fin octobre 2019, devant une cour fédérale aux Etats-Unis, contre une société israélienne spécialisée dans les logiciels d’espionnage. La messagerie chiffrée qui appartient à Facebook, accuse NSO Group de l'avoir piratée pour surveiller une centaine de personnes dans le monde. Parmi eux, des activistes rwandais vivant hors du pays.

Comment ont-elles été espionnées ?

WhatsApp, l’application qui compte plus de 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde est chiffrée et permet de protéger la confidentialité des conversations. Mais cette messagerie sécurisée a été piratée grâce à un logiciel espion développé par une entreprise privée israélienne NSO. Le procédé est effrayant de simplicité : il suffit d'appeler la personne ciblée sur WhatsApp. Qu'elle décroche ou pas, le micro et la caméra de son smartphone (IOS et Android) sont activés à son insu. Il est alors possible de suivre toute l’activité de l'usager.

Les outils qui permettent d'espionner nos vies privées sont exploités à mauvais escient. Quand cette technologie se retrouve entre les mains d’entreprises et de gouvernements irresponsables, elle nous met tous en danger

Will Catchcart, patron de WhatsApp

Qui sont les personnes ciblées ?

Dissidents politiques, journalistes, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi