Opposante en détention au Bénin: un magistrat dénonce des pressions politiques

·1 min de lecture

Au Bénin, l'opposante Reckya Madougou a-t-elle été placée en détention provisoire par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme sur ordre de la chancellerie ? C'est en tout cas ce que dénonce un juge de cette Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme.

Sur RFI, Essowé Batamoussi témoigne. Ce magistrat, membre de la chambre des libertés et de la détention de la Criet, vient de démissionner de la Cour. Il a fui le Bénin par crainte de représailles, dit-il. Il affirme que la Cour a reçu des « instructions » du pouvoir politique, qu'elle n'est pas indépendante.

Les autorités béninoise, sévèrement mises en cause, ont répondu ce lundi matin. Séverin Quenum, le ministre béninois de la Justice, se défend de toute intervention dans le dossier Madougou. Il dénonce une manipulation politique.

La premier tour de l'élection présidentielle est prévu pour ce dimanche 11 avril.