Opinion. Partir à l’étranger : des petits détails qui nous font voir les choses différemment

·2 min de lecture

Maintenant que les voyages commencent à être à nouveau possibles, une journaliste britannique de renom s’est penchée sur les petites choses apparemment anodines qui font le sel des séjours loin de chez soi.

J’ai des amis qui sont d’éternels correspondants étrangers. Certains sautent de poste en poste, de Moscou à Washington, en passant par Bangkok, heureux d’être n’importe où (ou presque !), pourvu que ce soit à l’étranger. J’ai pensé à eux lorsque j’ai posé le pied sur le tarmac grec aux reflets miroitants. La lumière, la signalisation, la végétation, les mots marmonnés par des douaniers lassés, les odeurs, tout était si différent que c’en était enivrant.

À lire aussi: Opinion. “La liberté de voyager doit être préservée”

Cela faisait presque deux ans que je n’avais pas voyagé à l’étranger, et j’ai ressenti la même excitation que la toute première fois. C’était un voyage effectué sur un coup de tête. En effet, s’il n’avait pas fait si mauvais en Angleterre en août, nous y serions restés, mais je sais que je ne me serais pas sentie aussi revigorée qu’à mon retour. Comme me disent mes correspondants étrangers, être à l’étranger libère des soucis domestiques.

Être à l’étranger aide à prendre du recul

Alors qu’en Grande-Bretagne, quand je constate la pollution, quand je vois quelqu’un conduire n’importe comment ou proposer un service médiocre, je m’en veux intérieurement : mais qu’est-ce qui ne va pas dans ce foutu pays ?
À l’étranger, on observe tout cela d’un œil détaché : allez, du calme, ce n’est pas notre problème !

En Grèce, j’étais tout le contraire de la voyageuse blasée, fascinée que j’étais par le côté “autre” de tout et n’importe quoi. Cela m’était égal que la nourriture grecque soit un brin répétitive, que je me crame à l’ombre par 32 °C sans avoir réussi à mettre un bon roman dans mes bagages. Tout ce qui comptait pour moi, c’était que cette semaine était différente des quatre-vingt-dix précédentes. Hors de ma cage Covid et de l’air vicié des pensées qui tournent en rond, j

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles