Ophélie Winter (Résilience) : "Je ne peux pas tout raconter, c'est trop dangereux, je n'ai pas envie de prendre une balle"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·8 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Capture d'écran Yahoo
© Capture d'écran Yahoo

Dans son livre "Résilience" (Harper Collins), disponible en librairie depuis le 2 juin dernier, Ophélie Winter dresse le bilan de sa vie sous le feu des projecteurs. Entre anecdotes racontées avec humour et récits glaçants, la star des années 90 a accepté d'en dire un peu plus devant les caméras de Yahoo.

Que ce soit pour son déhanché sur le tube Dieu m'a donné la foi, après l'avoir vu animer avec brio une émission sur M6 dans les années 90 ou redécouverte il y a quelques années dans Danse avec les Stars : tout le monde connaît Ophélie Winter. La chanteuse a été l'une des grandes figures des années 90, et a continué à faire parler d'elle régulièrement jusqu'en 2017, période où elle a quelque peu disparu des radars. Le 29 mai dernier, elle a accordé à Laurent Ruquier une interview à l'occasion de la sortie de son livre, "Résilience", dans laquelle elle a tenu des propos polémiques. Un retour fracassant sur le devant de la scène, mais qui a été longuement réfléchi par la principale intéressée. Il faut dire que l'attention du public n'a pas toujours été un facteur positif pour elle.

"C'est irréel que je sois encore en vie"

"Revers de la célébrité" ou "rançon de la gloire", nombreuses sont les stars à être surveillées en permanence par les paparazzi, bien décidés à obtenir la moindre photo, la moindre information croustillante qui pourrait faire la une de la presse à scandale. Ophélie Winter en a fait les frais, et elle l'affirme : cela na pas toujours été facile à vivre. "Je ne comprends pas l'acharnement qu'il y a eu contre moi. J'ai vraiment vécu le truc de Lady Di, j'aurais pu finir... Je conduis peut-être mieux que son chauffeur (rires). Il y a deux ou trois fois où j'ai pris des rues à sens unique sans savoir si j'étais suivie par des voyous ou des paparazzi, parce qu'à un moment, quand on te colle des boîtiers GPS sur ta voiture pour te suivre..."

Vidéo. Ophélie Winter (Résilience) : "Par sécurité pour ma vie, je ne peux pas tout dire. On aurait fait ce qu’on m’a fait à n’importe quelle autre personne, elle se serait suicidée 20 fois"

La chanteuse raconte que la moindre photo était montée en épingle, que des informations mensongères ont été avancées à son sujet pour lui nuire : "J'ai vécu des trucs hyper flippants, et en même temps, je me faisais massacrer par les paparazzi. J'étais malade, personne ne l'a su, ils ont dit que j'étais droguée. Une photo où j'ai le nez défoncé, ils ont dit des horreurs, que c'était la drogue, alors que je venais de me faire fracasser le visage et toutes les côtes, et que je venais de passer un an à l'hôpital... Je pense que si on avait fait ce qu'on m'a fait à quelqu'un d'autre, et c'est ce que mon avocate dit en plaidoirie, n'importe quelle personne se serait suicidée 20 fois."

Pour Ophélie Winter, une chose est claire : le nerf de la guerre était l'argent. "Je suis suivie, parce que forcément, quand tu habites dans les beaux quartiers de l'ouest parisien, que tu conduis une belle voiture, tu es suivie par des voyous pour voir dans quelle banque tu vas et à quelle fréquence, et quand tu sors des trucs du coffre..." De passage dans Quotidien le 31 mai dernier, elle racontait notamment avoir été victime d'un "cambriolage affreux" durant lequel elle avait été tabassée et laissée pour morte. À Yahoo, elle précise : "Je n'ai pas parlé de certaines affaires. À la fin du livre, ça me démangeait un peu, mais je n'avais pas envie de déclencher la guerre. C'est trop dangereux. Moi je sais qui l'a fait, mais je ne dirai rien par sécurité pour ma vie. On m'a beaucoup tapé, en un an j'ai reçu beaucoup de coups, mais je ne peux même pas raconter, parce que je n'ai pas envie de me prendre une balle perdue. Mais on m'a pété les côtes, et j'ai passé plus d'un an et demi à l'hôpital. C'est irréel que je sois en vie. Donc je me dis qu'il y a bien une raison."

Coqueluche de la presse, coqueluche des stars

Si elle reste profondément choquée des violences qu'elle a pu subir, Ophélie Winter conserve son humour, preuve de sa fameuse "résilience". Et elle n'hésite pas à revenir sur certaines anecdotes qui ont marqué sa carrière, comme son emblématique relation avec Prince... Et un drôle de quiproquo qui aurait pu mettre fin prématurément à leur histoire d'amour. "Prince, c'est une histoire d'amour de quatre ans. Quand il était malade, je me mettais dans un hôtel pour le laisser tranquille. Je me retrouve à la réception, il m'appelle pour me dire qu'il est encore malade, d'aller voir un film au ciné. Du coup, je demande au concierge s'il n'a pas un film à me conseiller, il me donne un journal. Et il y a Bobby Brown qui est à côté de moi – je ne le reconnais pas – qui demande la même chose. Du coup, le concierge nous dit : "Vous devriez y aller ensemble." Donc on va voir ce film ensemble, alors que moi je ne sais pas qui il est. On va dîner ensemble chez Beni Hana, qui est le restaurant branché du moment, et on se retrouve au Club One, qui est la boîte black tendance, à Los Angeles."

La soirée a tourné court quand les gardes du corps de Prince ont débarqué façon cowboy : "Ils me prennent sous les bras, j'avais les pieds dans le vide. Et ils m'emmènent à la limousine garée derrière, et le chauffeur me dit : "The boss wants to talk to you", le patron veut te parler. Et là, Prince m'engueule : "Qu'est-ce que tu faisais avec Bobby Brown ?" Du coup, je me fais défoncer par Prince, raccompagner à l'hôtel par ses gardes du corps, j'engueule un peu le concierge parce qu'il ne m'a pas dit que c'était Bobby Brown." Mais l'histoire ne s'arrête pas là ! Entre temps, Whitney Houston, la compagne de Bobby Brown, a également eu vent de leur petite escapade : "Elle a appelé l'hôtel et demandé à me parler. Je me suis fait défoncer."

Vidéo. Ophélie Winter (Résilience) : "Sharon Stone l'a fait. Elle a couché pour réussir... Mais ce qu'elle a fait après, j'ai trouvé ça génial"

Ses révélations sur l'agent de Leonardo DiCaprio

Peu après sa relation avec Prince, Ophélie Winter avoue avoir eu un coup de coeur pour un homme marié, avec qui il ne s'est jamais rien passé. "Je voulais faire du cinéma, et j'avais dit que je rêvais de tourner avec Claude Lelouch. Je me retrouve à passer le casting, et à jouer avec Bernard Tapie. On est dans une voiture, il y a la caméra au milieu, et Lelouch dit à Bernard : "Tu lui dis ça". Puis il me dit : "Tu lui réponds ça". Et sa troisième phrase, ça a été : "Et après ça, tu lui roules un gros patin" ! Et donc, on le fait, et on se roule une pelle pendant une journée. J'ai été amoureuse de lui pendant deux ou trois mois, en sachant que c'était le seul homme qui ne trompait pas sa femme. Et je l'aimais encore plus pour ça. Et puis il embrasse bien..."

Bien décidée à poursuivre sa carrière, la star s'est envolée une fois de plus pour les tats-Unis : "J'ai rencontré tous les plus grands producteurs de l'époque, dont Michael Ovitz, qui était l'agent unique de DiCaprio. J'ai fait des pieds et des mains pour le rencontrer. On parle chiffres, il était très content, et il me dit qu'il y a deux choses que je dois faire." La première ? Améliorer son anglais si elle souhaitait faire une carrière internationale. Quant à la seconde... "Il m'a demandé de passer sous la table et de le sucer. Ça m'a traumatisée."

Malheureusement, ce n'est pas la seule fois où Ophélie Winter a été confrontée au harcèlement sexuel de la part d'un producteur ou d'un agent : "J'en ai vu deux comme ça, lui et Shapiro. Ça m'est arrivé aussi à Paris, parce qu'il n'y a pas que les Américains. Mais c'est vrai que le Weinstein, on le sait depuis un petit moment, tous ceux qui tombent en ce moment, on le savait." Toutefois, elle ne blâme pas ses consoeurs qui ont pu céder sous la pression, loin de là. "Sharon Stone l'a fait, elle a couché pour réussir. Elle a joué dans Basic Instinct grâce à ça. Puis elle a fait un article dans le New York Times, dans lequel elle dit : "J'ai sucé pour réussir, maintenant ce sont eux qui vont me sucer, parce que maintenant c'est moi la star." Et j'ai trouvé ça génial."

VIDÉO - Tout ce que vous ne saviez pas sur Ophélie Winter 

A LIRE AUSSI

>> Fauchée, à la rue, droguée... Retour sur les déboires d'Ophélie Winter

>> Ophélie Winter droguée "comme tout le monde" : ce propos qui ne passe pas auprès de Laurent Ruquier (VIDEO)

>> VIDEO Ophélie Winter : ce jour où elle a été demandée en mariage par le prince Albert II de Monaco

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles