Open d'Australie: Djokovic et Zverev sont de retour, Murray est toujours là

Retours gagnants à l'Open d'Australie pour Novak Djokovic, un an après son expulsion, et Alexander Zverev, huit mois après sa blessure à Roland-Garros, mardi au cours d'une journée qui a également vu Andy Murray remporter une énième bataille titanesque.

La journée, d'abord interrompue sur les courts extérieurs par une vague de chaleur, l'a ensuite été par la pluie, obligeant les organisateurs à reporter une série de matchs à mercredi.

. Djoko et son court fétiche

"Je suis si heureux de retrouver ce court... si je devais choisir des conditions de jeu idéales, ce serait en nocturne sur ce court Rod Laver, sans la moindre hésitation", a lancé Djokovic après sa victoire nette et sans bavure 6-3, 6-4, 6-0 face à l'Espagnol Roberto Carballes.

Vêtu d'une chemisette du même bleu que le terrain, il n'a pourtant profité de son court fétiche et du public que 2h02, le temps de remporter une 22e victoire consécutive dans le tournoi et de lancer sa quête d'un dixième trophée record à Melbourne pour égaler le record de 22 titres du Grand Chelem détenu par Rafael Nadal.

Au prochain tour, il affrontera le Bolivien Hugo Dellien (131e) ou le Français Enzo Couacaud (191e et issu des qualifications).

. Chocs

Murray et Zverev ont fait le show.

Le Britannique de 35 ans à la hanche métallique a une nouvelle fois affiché son mental d'acier pour venir à bout de l'Italien Matteo Berrettini, de quasiment dix ans son cadet, après 4h49 de lutte et en ayant sauvé une balle de match.

Le 66e mondial, ex-N.1, s'est finalement imposé au super tie break de la manche décisive face au colossal N.14: 6-3, 6-3, 4-6, 6-7 (7/9), 7-6 (10/6).

"Je vais le sentir passer ce soir et demain, mais là maintenant, je suis incroyablement heureux et fier de moi", a commenté le quintuple finaliste à Melbourne (2010, 2011, 2013, 2015, 2016).

Au prochain tour, il affrontera encore un Italien, Fabio Fognini (57e), ou l'Australien Thanasi Kokkinakis (159e).

Quelques minutes plus tard, c'est un immense cri de rage teinté de soulagement qui s'est élevé du terrain Margaret Court: Alexander Zverev (13e et ancien N.2) venait de battre le Péruvien Juan Pablo Varillas, 103e à l'ATP, après plus de quatre heures de combat.

Mais pour l'Allemand, il s'agissait de bien plus qu'une simple victoire: les ligaments de la cheville droite déchirés en pleine demi-finale de Roland-Garros alors qu'il menait face à Rafael Nadal (7-6, 6-6), il avait été opéré en juin et n'avait repris la compétition qu'en janvier pour deux défaites en deux sets en United Cup face à Jiri Lehecka (81e) et Taylor Fritz (9e).

"Quoi qu'il arrive maintenant, ce tournoi est pour moi une réussite", a-t-il ainsi affirmé.

"Je suis épuisé... mais extrêmement heureux. Tout cela m'a beaucoup manqué. Ce match seul suffit à justifier tout le travail effectué", pour revenir, a expliqué le joueur de 25 ans.

Il jouera jeudi contre le Français Laurent Lokoli (175e) ou l'Américain Michael Mmoh (107e).

. Rendez-vous manqué

Caroline Garcia, 4e mondiale et candidate au titre, aurait pu affronter sa compatriote française Alizé Cornet, quart de finaliste l'an dernier, dans un match piège du deuxième tour.

Mais si la vainqueur des Masters sera au rendez-vous jeudi, après une nette victoire sur la Canadienne Katherine Sebov (190e et issue des qualifications) 6-3, 6-0 -"Les six-sept premiers jeux étaient serrés, mais réussir le break m'a libérée", a commenté Garcia- Cornet, elle, va le manquer.

Elle a en effet été battue par une autre Canadienne, Leylah Fernandez (40e), 7-5, 6-2.

C'est donc la finaliste de l'US Open 2021, qui n'avait encore jamais remporté le moindre match à Melbourne lors de ses trois précédentes participations, qui se dressera jeudi face à Garcia.

"Je mets Caroline vainqueure sans problème", a pronostiqué Cornet.

ig/tmt/obo/cpb/