Open d'Australie: Pegula et Medvedev tranquilles, Nadal en progrès, Kyrgios forfait

Le tenant du titre Rafael Nadal a cédé un set avant d'écarter le redouté Jack Draper pour son entrée en lice à l'Open d'Australie, lundi lors d'une journée marquée par le forfait sur blessure du héros local Nick Kyrgios et, au contraire, les promenades de santé des très attendus Jessica Pegula et Daniil Medvedev.

- Jour de premières -

Premier 6-0: infligé par l'Américaine Jessica Pegula, 3e mondiale, à la Roumaine Jaqueline Cristian (161e)

Première qualification: Pegula encore, qui n'a mis que 59 minutes pour écarter Cristian 6-0, 6-1.

Première intervention médicale: le Français Corentin Moutet qui s'est plaint de douleurs à la nuque après avoir réussi le break pour mener 3-2 dans le premier set contre Wu Yibing. Le traitement a été efficace puisqu'il a permis à Moutet de se battre 4h14 avant de finalement écarter le Chinois.

Premier match en cinq sets: celui remporté par Moutet contre Wu 6-4, 5-7, 6-2, 4-6, 7-5.

- La désillusion -

Comme chaque année, Nick Kyrgios attendait avec impatience de jouer SON tournoi, surtout en ayant fait le plein de confiance l'an dernier en atteignant la finale à Wimbledon et les quarts à l'US Open.

Mais son genou en a voulu autrement et a obligé l'Australien de 27 ans à déclarer forfait à la veille de son entrée en lice.

"Je suis détruit (psychologiquement), c'est mon tournoi national, j'y ai d'excellents souvenirs et notamment le titre en double l'an dernier (avec Thanasi Kokkinakis, ndlr) et arriver là cette année en étant l'un des favoris c'était fou mais il ne me reste plus qu'à faire ce qu'il faut et revenir", a-t-il commenté.

Il va subir une arthroscopie dans les jours qui viennent "aura le mois de février pour récupérer" et devrait être prêt pour Indian Wells en mars, a précisé son physiothérapeute Will Maher.

- Sans stress -

Jessica Pegula et Coco Gauff chez les femmes, Daniil Medvedev, Jannik Sinner et Stefanos Tsitsipas chez les hommes, ont parfaitement réussi leur entrée dans le premier Majeur de la saison.

"Tout a bien fonctionné", a sobrement reconnu Pegula qui n'a pas mis une heure pour se défaire de Cristian.

"Je suis très contente de moi", a savouré Gauff (7e) après avoir dominé la Tchèque Katerina Siniakova (46e) 6-1, 6-4.

Chez les messieurs, Medvedev (8e) s'est offert une belle balade au clair de lune en expédiant dans la nuit l'Américain Marcos 6-0, 6-1, 6-2, sur le court Rod Laver qu'il avait quitté dans le plus grand désarroi l'an dernier à l'issue de la finale perdue face à Nadal.

Sous le coup de la déception après sa seconde finale d'affilée perdue à Melbourne, Medvedev avait affirmé l'année dernière, de façon assez énigmatique, que "le petit garçon avait cessé de rêver". Lundi, c'est lui qui n'a pas laissé la moindre chance à son adversaire de rêver à une victoire.

"J'ai de bons souvenirs de l'année dernière, mais j'en veux de meilleurs cette année", a prévenu le Russe qui fêtera ses 27 ans le 11 février, moins de deux semaines après le dénouement du Majeur australien.

Quant à Sinner (16e), il s'est félicité d'avoir été "très solide" pour battre le Britannique Kyle Edmund (ex-14e actuellement 580e) 6-4, 6-0, 6-2.

Tranquille soirée également pour Stefanos Tsitsipas (4e) qui s'est défait sans grandes difficultés du Français Quentin Halys (61e) 6-3, 6-4, 7-6 (8/6).

- En force -

"Si on prend en compte tout ce que j'ai traversé ces six derniers mois, c'est un très bon début de tournoi": Nadal savourait une victoire réconfortante, même si imparfaite, aux dépens du Britannique Draper (38e).

Le tenant du titre et N.2 mondial, qui avait perdu six de ses sept dernier matchs, s'est imposé 7-5, 2-6, 6-4, 6-1 après 3h41, face à un adversaire il est vrai diminué physiquement (cuisses, ventre).

Mise en route pas facile non plus pour la N.1 mondiale Iga Swiatek qui retrouvait l'Allemande Jule Niemeier (69e) après leur 8e de finale de l'US Open.

A New York, la Polonaise avait cédé la première manche avant de tranquillement remporter les deux suivantes et de soulever le trophée quelques jours plus tard. A Melbourne, Swiatek a su résister à la puissance de l'Allemande mais elle a mis deux heures pour la battre 6-4, 7-5.

ig/juf/chv/obo