Open Arms: un juge italien suspend le "décret Salvini" et autorise le navire à approcher de Lampedusa

Anthony Berthelier
NGO Proactiva Open Arms rescue boat carrying migrants rescued from the central Mediterranean Sea, sails towards the Center for Temporary Assistance to Foreigners (CATE) in the port of Algeciras, in Campamento, Spain December 28, 2018. REUTERS/Jon Nazca

MIGRANTS - Le navire humanitaire espagnol Open Arms se dirigeait ce mercredi 14 août au soir vers Lampedusa avec 147 migrants à bord, après une décision judiciaire qui suspend un décret du ministre Matteo Salvini lui interdisant les eaux territoriales italiennes. L’ONG Proactiva Open Arms a cependant assuré qu’elle n’envisageait pas d’accoster de force, comme l’avait fait le Sea-Watch3 fin juin.

Elle compte dans l’immédiat s’abriter du mauvais temps: l’Open Arms comme l’Ocean Viking, le navire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) qui cherche également un port pour plus de 350 migrants, ont diffusé mercredi des vidéos montrant des creux allant jusqu’à 2,5 mètres qui secouent les bateaux et leurs passagers.

Malgré tout, Matteo Salvini a annoncé un recours “urgent” contre la décision, et a signé un nouveau décret, au motif que le comportement de l’Open Arms depuis le premier décret démontrait son “objectif politique de porter (les migrants) en Italie”.

“La seule chose qui manque, c’est qu’on nous assigne un port”

“Nous avons gagné le recours que nous avions présenté devant un tribunal administratif en Italie”, a auparavant déclaré Oscar Camps, fondateur de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, lors d’une conférence de presse à Madrid.  “La seule chose qui manque, c’est qu’on nous assigne un port”, a-t-il déclaré.

Après un total de trois opérations de secours au cours des 12 derniers jours et une série d’évacuations médicales, l’Open Arms compte désormais 147 migrants à bord, dont près d’une trentaine de mineurs. Malte n’en a accepté qu’une partie -ceux secourues dans sa zone de compétenc - et l’ONG a refusé le transfert par peur de la réaction de ceux qui devraient rester à bord.

Dans une interview mercredi matin à la radio espagnole Cadena Ser, Camps a mis en avant les risques de violences entre les migrants épuisés et stressés. Selon lui, les 19 membres d’équipage de l’Open Arms ont de plus en plus de mal à gérer les tensions provoquées par la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post