OPA de Veolia sur Suez : quel rôle a joué l'Elysée ? Le PNF enquête depuis juin

·1 min de lecture

Le parquet national financier (PNF) enquête depuis mi-juin suite à une plainte de plusieurs syndicats du groupe Suez, suspectant notamment le secrétaire général de l’Élysée et des responsables de Veolia et d'Engie de trafic d'influence autour de l'OPA de Veolia sur Suez, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Les plaignants - qui représentent la majorité de l'intersyndicale du groupe Suez - dénonçaient "l'intervention de l’Élysée bien en amont de l'annonce publique du projet" de fusion entre les deux fleurons de l'eau et des déchets, puis les "pressions régulières et répétées pour faire aboutir" le rapprochement. L'enquête préliminaire du PNF a été ouverte le 18 juin 2021, a indiqué la source judiciaire.

Sur quoi le PNF enquête-t-il précisément ?

Dans leur plainte, déposée le 22 avril auprès du parquet financier, les syndicats soupçonnaient le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le PDG de Veolia Antoine Frérot, le président du conseil d'administration d'Engie Jean-Pierre Clamadieu et le PDG du fonds Meridiam Thierry Déau, de s'être entendus sur la fusion des deux entités.

Les syndicats faisaient état, dans la plainte, de plusieurs réunions "impliquant le gouvernement", d'un accord avec Meridiam "en amont de l'annonce du projet", de "l'intervention à différents niveaux de nombreux acteurs proches du pouvoir (...) mais surtout l'intervention directe d'Alexis Kohler en octobre 2020 auprès de représentants syndicaux" pour obtenir lors du conseil d'administration d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles