Opération sauvetage de tortues dans une réserve naturelle du Var ravagée par le feu

·2 min de lecture

Traversée par le feu, la Réserve naturelle de la plaine des Maures, véritable joyau de biodiversité en France avec 241 espèces protégées, est devenu un tapis de cendres.

Antenne télémétrique dépliée, Dominique Guicheteau, directeur scientifique de la Réserve naturelle de la plaine des Maures, ravagée par l'incendie sur la Côte d'Azur, tente de repérer grâce à leur émetteur des tortues qui auraient survécu aux flammes. Un bip résonne. Le scientifique s'allonge et plonge le bras sous un rocher où s'est réfugiée une tortue d'Hermann, espèce rare et protégée. A ses côtés, une couleuvre de Montpellier entortillée s'est aussi protégée du feu. Une rapide inspection permet de voir que l'animal d'une quinzaine de centimètres à la carapace jaune et noire est en bonne santé. Elle est rapidement baignée dans une bassine pour s'abreuver.

Traversée par le feu, la Réserve naturelle de la plaine des Maures, véritable joyau de biodiversité en France avec 241 espèces protégées, est devenu un tapis de cendres. Le sol ocre et les roches de grès rose ont laissé place à un paysage monochrome noir. Les chants des oiseaux et des cigales ont été remplacés par un lourd silence. A quelques kilomètres, le feu continue de faire rage. C'est dans ce paysage lunaire qu'une vingtaine de bénévoles du Village des tortues de Carnoules (Var) et du Conservatoire d'espaces naturels de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, se sont attelés le 19 août à retrouver les tortures d'Hermann qui auraient pu se réfugier dans les anfractuosités de la roche pour se protéger des flammes.

"Catastrophe écologique"

On estime la population de cette dernière espèce terrestre d'Europe à 15.000 dans le Var, dont 10.000 sur la seule Réserve. En fort déclin, la tortue d'Hermann qui hiberne en s'enterrant dans le sol, est classée vulnérable sur la Liste rouge nationale des espèces menacées. "La tortue, c'est notre porte-drapeau", explique Marie-Claude Serra, la conservatrice de la Réserve naturelle, déplorant "une catastrophe écologique (...) inédite en France". "La tortue peut jeûner plusieurs semaines, mais en revanche le risque est qu'elle se déshydrate", explique Sébastien Caron, responsab[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles