Opération de sauvetage : le béluga bloqué a été extrait de la Seine

L'opération de sauvetage pour déplacer le béluga échoué dans la Seine depuis cinq jours a débuté mardi soir et duré une grande partie de la nuit. Le cétacé a été soulevé dans un filet tracté par une grue et déposé sur une barge. Il sera bientôt placé dans un bassin d'eau de mer.

Première étape réussie de l'opération "hors norme" pour tenter de remettre en mer le béluga, égaré dans la Seine depuis une semaine. Le cétacé, dont l'état de santé est préoccupant, a été sorti dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 août de l'écluse de Saint-Pierre-la Garenne (Eure) dans laquelle il se trouvait, ont constaté l'AFP et l'association de protection des milieux marins Sea Shepherd France.

Vers 4 h du matin, après six heures d'efforts, le cétacé de près de 800 kg a été soulevé dans un filet tracté par une grue et déposé sur une barge, où il a été immédiatement pris en charge par une dizaine de vétérinaires.

Les 24 plongeurs engagés et les sauveteurs manipulant les cordages autour du bassin ont dû s'y reprendre à plusieurs fois, entre 22 h et 4 h du matin, pour attirer l'animal dans les filets et la structure capable de le soulever hors de l'eau, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le béluga, animal évoluant en eaux froides, dont la présence dans la Seine est exceptionnelle, doit ensuite être placé dans un camion réfrigéré qui le transportera hors d'eau, "sur de la paille ou un autre élément de confort", à destination du littoral, avait précisé la secrétaire générale de la préfecture de l'Eure, Isabelle Dorliat-Pouzet, avant le début de la délicate opération.

Un bassin d'eau de mer, dans une écluse du port de Ouistreham (Calvados), a été mis à disposition pour réceptionner l'animal, qui y restera trois jours, "le temps qu'on organise son rapatriement en pleine mer et qu'on observe son état de santé", selon la sous-préfète.

"C'est ce qui compte vraiment : déterminer si l'on peut le guérir de ce dont il souffre. C'est une étape nécessaire avant de le relâcher dans la mer", a déclaré mardi Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, à Reuters.

Une opération nécéssaire mais risquée

Repéré le 2 août dans le fleuve, le cétacé est retenu depuis vendredi dans le bassin d'une écluse, située à 70 km au nord-ouest de Paris.

Le cétacé, qui a refusé de se nourrir de calmars et de truites vivantes, s'est déjà vu administrer des vitamines et des antibiotiques et son état a montré quelques signes d'amélioration.

L'opération pour le ramener en mer, si elle est "hors du commun", n'est pas sans risque pour le béluga, déjà affaibli et sensible au stress, a rappelé Isabelle Brasseur, du Marineland d'Antibes.

"Il se pourrait qu'il décède maintenant, pendant la manipulation, pendant le trajet ou au point B" à Ouistreham, a-t-elle prévenu.

Une orque avait déjà été observée dans la Seine en mai, entre Rouen et Le Havre. Elle avait finalement été retrouvée morte et une autopsie avait privilégié un décès par inanition.

Avec AFP et Reuters

VIDÉO - Béluga dans la Seine : Une opération sera tentée dans la soirée pour l'extraire