Opération séduction de Bolsonaro au Brésil avec la nomination de deux nouveaux ministres

Critiqué notamment pour le manque de diversité au sein de son gouvernement, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a nommé Carlos Alberto Decotelli au ministère de l’Éducation, la première personne noire dans son équipe ministérielle ainsi qu'un nouveau ministre de la Communication : Fabio Faria, qui n’est autre que le gendre du patron d’une des plus grandes chaînes hertziennes du Brésil.

Depuis le début de son mandat, Jair Bolsonaro n’a eu de cesse d’attaquer les médias et les journalistes, « une espèce en voie d’extinction » selon lui. Une guerre verbale accompagnée de menaces et de procédures devant la justice. Mais alors que le pays semble plonger dans une crise politique et qu’il n’arrive pas à contrôler l’épidémie de Covid-19, le président brésilien semble opérer un changement drastique, tout du moins en apparence.

Car la nomination de Fabio Fara au ministère de la Communication n’est pas forcément bien vue. Âgé de 42 ans, très charismatique, le nouveau ministre n’est autre que le gendre du patron de SBT, le deuxième réseau de chaînes hertziennes du pays. S’il dit vouloir « pacifier » le Brésil en proposant un « armistice patriotique », une sorte d'union sacrée pour combattre le coronavirus, il est surtout déjà pointé du doigt par la Fédération Nationale des Journalistes qui dénonce dans un communiqué un « conflit d'intérêts ».

L’autre nomination qui permet à Jair Bolsonaro de faire taire certains détracteurs est celle de l’économiste Carlos Alberto Decotelli à l’Éducation. Dans une interview concédée à CNN, il s’est dit surpris par ce choix. C’est le premier ministre noir dans ce gouvernement qui ne compte que deux femmes pour un total de vingt-trois ministères.