"Opération London Bridge" : le protocole prévu pour la mort de la reine Elizabeth II révélé

·4 min de lecture

Buckingham planifie minutieusement les dix jours qui suivront la mort de la reine, comme le révèlent des documents obtenus par Politico.

C'est un événement auquel les admirateurs de la famille royale britannique n'osent même pas penser: le jour de la mort de la reine Elizabeth II, âgée de 95 ans. La disparition de celle qui détient le record du plus long règne de l'histoire du Royaume-Uni s'accompagnera forcément d'un protocole dont les moindres détails auront été prévus. Tenu secret jusqu'à présent, il est révélé ce vendredi par le média américain Politico.

Selon le Daily Mail qui évoque cette fuite, jugée de très mauvais goût, l'existence de ce protocole est connu depuis les années 1960, mais il n'avait jamais été révélé de façon aussi détaillée. 

Appelé "opération London Bridge" (celui qui a été suivi à la mort de son époux le prince Philip, en avril dernier, était appelé "opération Forth Bridge"), ce protocole, dont Politico a obtenu les documents, explique les mesures qui seront mises en place à l'annonce de sa mort et au cours des dix jours qui suivront. 

Suite d'annonces codifiée

Le Premier ministre, le secrétaire du cabinet et les principaux représentants politiques seront informés de la mort de la reine pas téléphone. Un "message officiel" sera publié par Buckingham pour informer le public. Un e-mail sera également adressé aux différents ministères. Pour chacune de ces annonces, les formulations utilisées sont déjà prévues et devront être respectées. 

À la réception de cet e-mail, les drapeau de Whitehall - le siège du gouvernement britannique - devront être abaissés à mi-mât dans les 10 minutes. Politico rappelle que lors d'un exercice déployé il y a quelques années, Downing Street s'était inquiété que ce délai ne puisse pas être respecté par manque de personnel, ce qui pourrait déplaire à l'opinion publique. Toute réunion du Parlement britannique qui aurait lieu à l'instant-T sera ajournée. 

Présence numérique repensée

La page d'accueil du site de la famille royale, sur laquelle apparaîtra un court message de confirmation de la mort de la reine, sera entièrement noire. Le site du gouvernement et tous ses comptes sur les réseaux sociaux arboreront une bannière noire. La publication des contenus non-urgents sera annulée et les retweets proscrits. 

La famille royale exposera le déroulé des funérailles qui auront lieu dix jours plus tard, et la première prise de parole sera celle du Premier ministre. Le ministère de la Défense organisera un salut des armées, une minute de silence nationale sera annoncée et le Premier ministre s'entretiendra avec le prince Charles, devenu roi. À 18 heures, ce dernier s'exprimera à la télévision. Un service en hommage à la reine se tiendra dans la cathédrale londonienne de St. Paul. Politico note que cet événement devra avoir l'air "spontané", selon les documents obtenus.

Charles, prince devenu roi

La journée du lendemain sera essentiellement consacrée à l'accession du prince Charles au titre de roi. Un conseil sera réuni à 10 heures au Palais Saint James pour le proclamer nouveau souverain, en présence du Premier ministre et de responsables politiques. Le Parlement se réunira pour rédiger un message de condoléances et leurs réunions seront suspendues durant dix jours. La première réunion de Charles en tant que roi avec le Premier ministre et son cabinet aura lieu à 15h30. 

Le troisième jour, le cercueil de la reine sera transporté du lieu de sa mort à Buckingham Palace. Différents itinéraires sont prévus, en fonction de l'endroit où elle sera morte. 

Durant les quatrième, cinquième et sixième jours, le prince Charles fera un tour du Royaume-Uni durant lequel il rencontrera différents représentants officiels qui lui présenteront leurs condoléances, et il assistera à plusieurs messes. Chaque étape est minutieusement programmée. Dans le même temps auront lieu les répétitions de l'opération Lion, soit la procession du cercueil depuis Buckingham jusqu'au palais de Westminster. Cette dernière aura lieu le sixième jour. Une messe se tiendra à Westiminster à son arrivée. 

Plusieurs défis d'organisation

Le cercueil sera exposé au palais de Westminster entre le septième et le dixième jour, à Westminster Hall, et le public pourra venir lui rendre hommage 23 heures sur 24. Une répétition de la procession funéraire aura lieu. C'est durant cette période que le gouvernement réalisera le plus gros travail en vue des funérailles, si bien que des questions sur la faisabilité de cette organisation se posent. 

Le ministère des Affaires étrangères devra organiser la venue des dirigeants et des personnalités étrangères, et craint de devoir faire face à un trop grand nombre de touristes en temps de pandémie. Le ministère de l'Intérieur devra redoubler de vigilance face à la menace terroriste, et le ministère des Transports craint une affluence trop importante vers Londres. Les documents obtenus par Politico décrivent même le pire des cas éventuel, dans lequel Londres se retrouverait saturée, menaçant le bon fonctionnement des services de santé ou de police. 

Enfin, le 11e jour, auront lieu les obsèques à l'abbaye de Westminster. Deux minutes de silence seront observées dans tout le pays à midi, et des défilés auront lieu à Londres et Windsor. La reine sera enterrée à la chapelle King George VI au château de Windsor, aux côtés de son époux. 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles