Publicité

«Opération Beethoven», le plan néerlandais pour retenir ASML, le géant des semi-conducteurs

Aux Pays-Bas, le gouvernement déploie les grands moyens pour retenir ses multinationales, à commencer par la première d'entre elles : ASML, le fabricant d'équipements pour semi-conducteurs. L'exécutif populiste, critiqué par le patronat pour ses mesures anti-immigration qui seraient défavorables à l'activité des entreprises, a dévoilé jeudi 28 mars un plan d'investissement massif.

Le plan baptisé « Opération Beethoven » est doté de 2 milliards et demi d’euros. Les investissements doivent surtout se concentrer sur une région : l'est des Pays-Bas et la ville d'Eindhoven. C'est là que la plus grande entreprise technologique d'Europe, ASML, a installé son immense complexe où elle emploie plus de 20 000 personnes.« C'est l'une des entreprises les plus importantes des Pays-Bas, un acteur mondial », a souligné jeudi la ministre de l'Économie néerlandaise, Micky Adriaansens.

Les fonds iront au développement des logements, à l’éducation, aux transports ou encore au réseau électrique. Mais ces investissements ont surtout pour le gouvernement un objectif : tout faire pour garder ASML aux Pays-Bas. Car la multinationale ne s'en cache plus : elle s'inquiète des mesures anti-immigration de la future coalition au pouvoir.

40% d'étrangers

D'après une enquête menée par l'agence Reuters, une douzaine de grandes entreprises néerlandaises envisageraient de délocaliser leurs activités en dehors des Pays-Bas.


Lire la suite sur RFI