Opération Barkhane : pour Thierry Mariani, la France doit "rester présente" pour éviter "un Afghanistan bis"

La situation sanitaire reste contrastée en France, entre légère baisse de la pression hospitalière et accélération de la circulation des variants du Covid-19 dans les départements de la Moselle et du Nord. Pour autant, le gouvernement écarte toujours l’idée du reconfinement, ce qu’approuve Thierry Mariani. "Aujourd’hui, nous n’avons pas le choix. La France est endettée, et une partie de notre économie est à plat. Il faut éviter à tout prix un troisième confinement", a affirmé l’eurodéputé du Rassemblement national, qui espère par ailleurs voir les cafés, restaurants et lieux de culture "rouvrir au plus vite", dès que la situation sanitaire le permettra. "On serait immédiatement impacté en termes d’immigration" Interrogé également sur l’opération Barkhane, à l’occasion du sommet du G5 Sahel qui s’est ouvert lundi 15 février, Thierry Mariani a estimé que la France devait "rester présente" dans la région. "On ne peut pas se permettre d’avoir une sorte d’Afghanistan bis, qui deviendrait un repaire de terroristes dans cette partie de l’Afrique. On serait immédiatement impacté en termes d’immigration, parce que ça entraînerait une déstabilisation de la région", a-t-il expliqué. Pour l’eurodéputé, toutefois, "il faudra progressivement se retirer, en espérant que les armées africaines prendront le relais".