Ce qu'il faut retenir du premier jour de l'Assemblée générale de l'ONU

En ouverture de la 77e Assemblée générale de l’ONU, le secrétaire général de l'organisation, António Guterres, a mis en garde, ce mardi 20 septembre à New York, les dirigeants du monde entier contre un « hiver de grogne » et les divisions géopolitiques. Il a également plaidé pour renforcer la lutte contre le réchauffement climatique.

« La crise du pouvoir d'achat se déchaîne, la confiance s'effrite, les inégalités explosent, notre planète brûle », et malgré tout, « nous sommes bloqués par un dysfonctionnement mondial colossal », a déclaré M. Guterres, au moment d'ouvrir l’Assemblée générale des Nations unies ce mardi.

Ce constat ténébreux dressé par le chef onusien menace « l’avenir même de l’humanité et le destin de la planète », a-t-il estimé, avant d’ajouter : « Ne nous berçons pas d'illusions. Nous sommes dans une mer agitée. Un hiver de grogne mondiale se profile à l'horizon. »

Conflit en Ukraine

Et sans surprise, c’est notamment la guerre en Ukraine qui a pris une place prépondérante dans la mise en garde du secrétaire général. « La guerre a déclenché une destruction et une violation massive des droits humains et du droit humanitaire international. Des milliers de civils sont morts, des millions de personnes sont déplacées et des milliards d'autres sont impactées », a-t-il dénoncé, rapporte notre envoyé spécial à New York, Christophe Paget.

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU


Lire la suite sur RFI