One Planet Summit : un sommet pour masquer une politique écologique au ralenti ?

Benjamin Mathieu
·1 min de lecture

La quatrième édition du One Planet Summit se déroule ce lundi 11 janvier. Une réunion internationale sur les changements climatiques, organisée par la France et à l'initiative du président de la République. L'occasion, à un an et demi de la fin de son mandat, de faire un premier bilan dans son action dans ce domaine.

La phrase a fait le tour du monde : "Make our planet great again". Nous sommes en juin 2017, Donald Trump vient d'annoncer que les États-Unis allaient sortir de l'accord de Paris. Emmanuel Macron réagit dans un discours en anglais et s'impose dès le début de son mandat comme un des dirigeants les plus engagés dans la cause environnementale.

L'essor des énergies renouvelables et la fermeture de quatre centrales à charbon en France. Nous sommes le seul pays d'Europe dans ce cas.

François de Rugy

Le chef de l'État est un programmatique, plutôt qu'un convaincu de la première heure. Il marque aussi les esprits en nommant Nicolas Hulot comme ministre d'État en charge de l'écologie l'environnement. Mais l'histoire tourne court. Un an plus tard, il claque la porte. En désaccord notamment sur le nucléaire, une filière que le président soutient fermement. François de Rugy, député LREM de Loire-Atlantique et successeur de Nicolas Hulot, loue les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi