Ondes gravitationnelles : une seconde et spectaculaire collision d'étoiles à neutrons découverte

Laurent Sacco, Journaliste

Les collaborations Ligo et Virgo viennent de faire savoir qu’elles avaient détecté les ondes gravitationnelles émises par ce qui semble bien être une collision de deux étoiles à neutrons, formant initialement un système binaire à environ 500 millions d’années-lumière de la Voie lactée. Ces astres compacts sont le résultat de l’effondrement d’étoiles massives qui ont explosé en donnant des supernovae comme la célèbre supernova 1987A ou comme celle à l’origine de la nébuleuse du Crabe.

La première collision d’étoiles à neutrons découverte via des ondes gravitationnelles était aussi observable dans le domaine des ondes électromagnétiques sous forme d’une kilonova productrice de grandes quantités de noyaux d’or. La source avait été détectée le 17 août 2017 et porte donc dans le catalogue des évènements découverts par les deux détecteurs d’ondes gravitationnelles le nom de GW170817.


  Ce film montre une simulation numérique représentant la coalescence et la fusion des étoiles à neutrons binaires qui a entraîné l'émission d'ondes gravitationnelles détectée : GW190425. Les deux étoiles à neutrons présentées ici ont des propriétés cohérentes avec la détection effectuée par les détecteurs Ligo et Virgo. Le film montre le signal des ondes gravitationnelles avec des couleurs allant du rouge au bleu indiquant une intensité croissante pour les ondes gravitationnelles. La densité des étoiles à neutrons varie du bleu clair au foncé pour des valeurs allant de 200.000 à 600 millions de tonnes par centimètre cube. La masse de la matière éjectée est nettement plus petite que dans le cas GW170817, ce qui rend très peu probable la détection d'un équivalent électromagnétique et pourrait expliquer qu'aucune observation n'a détecté avec succès une émission transitoire d'ondes électromagnétiques. © Numerical Relativity Simulation: T. Dietrich (Nikhef), Wolfgang Tichy (Florida Atlantic Universityand the CoRe-collaboration. Scientific Visualization: T. Dietrich (Nikhef), S. Ossokine, and...

> Lire la suite sur Futura