Ondes gravitationnelles : Bicep3 sur la piste de l'inflation du Big Bang

·2 min de lecture

Il y a environ 40 ans, entre 1978 et 1981, plusieurs chercheurs, Alan Guth et Alexei Starobinsky, et avant eux Robert Brout et François Englert  avec Edgard Gunzig, ont compris que la théorie quantique des champs et la physique des particules élémentaires connue de l’époque, bien que parfois spéculative, avaient un impact majeur sur ce que l’on pensait des phases les plus primitives du Big Bang.

Il se serait alors produit pendant un temps extrêmement court, bien moins qu’un milliardième de milliardième de milliardième de seconde, une accélération vertigineuse de l’expansion de ce qui allait devenir l’Univers observable. Cette phase d’inflation, comme on l’a appelée par la suite, aurait tellement étendu l’espace que même si la géométrie globale du cosmos était celle d’une sphère, nous aurions le plus grand mal à voir la différence avec un espace plat et infini, voire fini mais avec la topologie d’un tore.

Au fil des années, de très nombreux mécanismes et théorie ont été proposés pour rendre compte de cette phase d’inflation qui permet de résoudre plusieurs énigmes de la cosmologie. Basiquement, il y a très souvent l’équivalent d’un champ scalaire que l’on baptise « l’inflaton ». Se pose alors le problème de faire le tri entre ces différents modèles d’inflation et tout simplement celui de tester l’existence même de cette phase de dilatation de l’espace.


Une présentation de la théorie de l'inflation. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © PBS Space Time

Le rayonnement fossile, une fenêtre sur l'inflation cosmique

Les caractéristiques du rayonnement fossile semblent la seule et unique voie royale pour cela car la physique impliquée apparaît à des énergies hors de portée du LHC et des accélérateurs que l'on peut...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles