Once Upon a time... in Hollywood : un Tarantino en demi-teinte

En salle le 14 août, le dernier né de Quentin Tarantino était sans aucun doute le film le plus attendu de la sélection cannoise 2019. Alors, Palme ou pas Palme ?

Copyright : Sony Pictures

De quoi ça parle ? D’un acteur has been et de son homme à tout faire et doublure qui vivent et travaillent dans la Mecque du cinéma à une époque encore bénie, avant que la folie meurtrière de Charles Manson ne fasse tout basculer.

A savoir : Quentin Tarantino et ses producteurs ont écrit une lettre et demandé avant la projection cannoise que la presse ne spoile pas le film pour que les futurs spectateurs aient le même plaisir que les festivaliers cannois.

Les acteurs : Leonardo DiCaprio s’amuse visiblement beaucoup à jouer les acteurs de série B mégalo pour son réalisateur de Django Unchained. Western spaghetti, film d’agent secret, série télé, prestation chantée, il s’essaie à tout ce que chérit le plus pop et cinéphile des cinéastes américains. Quel plaisir par ailleurs de retrouver un Brad Pitt en grande forme dans un rôle de cascadeur ubercool et castagneur : dirigé par son réalisateur d’Inglourious Basterds, il vole la vedette à Léo !

Le rôle accessoire : Celui de Margot Robbie en Sharon Tate. Décoratif.

La scène à découvrir : Le combat à mains nues entre Brad Pitt et Bruce Lee, ici ressuscité devant la caméra de Tarantino qui s’amuse encore et toujours à revisiter les genres et à détourner ses icônes.

Ce qu’on aime : La dernière demi-heure très tarantinesque, extrêmement décomplexée, fun, violente, jouissive.

Ce qu’on regrette : Enchaînant les mini-séquences nostalgiques et ultra-référencées, les deux premières heures fétichistes de ce film manquent de panache et risquent de désarçonner le public non cinéphile. Plus mélancolique et intimiste que trash et fun, cette mise en abîme n’est clairement pas le long-métrage le plus grand public de son réalisateur.

Palme ou pas ? Malgré quelques séquences jubilatoires, ce Once upon a time... in Hollywood risque de diviser cinéphiles et grand public.