Omissions de Jean-Paul Delevoye : "Au bout d'un certain nombre, la bonne foi est à relativiser", estime Anticor

franceinfo

Jean-Christophe Picard, président de l'association Anticor, rejette samedi 14 décembre sur franceinfo l'argument de la bonne foi invoqué par le gouvernement pour justifier les multiples omissions à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites. "Les omissions commencent à être nombreuses et injustifiables ? On est quand même sur des choses assez faciles, explique-t-il. On parle d'un membre du gouvernement, s'il n'arrive pas à remplir un papier de 5 pages, il ne faut pas le choisir".

franceinfo: Jean-Paul Delevoye doit-il démissionner ?

Jean-Christophe Picard : Comme le lui a demandé la Haute autorité, il doit s'expliquer et donner des précisions sur ses activités, et notamment celle qui a été déclarée pour laquelle il perçoit 5 300 euros. Donc on est très vigilants sur les réponses apportées. Nous avons d'ailleurs saisi la Haute autorité pour qu'elle transmette le cas échant ces éléments au parquet et qu'il y ait des poursuites. Si elle ne le fait pas, Anticor le fera très certainement. Aujourd'hui, au regard de ce que l'on apprend, c’est-à-dire les omissions multiples, l'affirmation un peu curieuse de dire qu'il est bénévole, mais on apprend que le même groupe le rémunère 5 300 euros dans le cadre d'un think tank, tout cela est un peu curieux. Et puis le fait qu'il ait (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi