Omicron : ce variant signera-t-il la fin de l'épidémie de Covid-19 ?

·1 min de lecture

Le raz-de-marée Omicron pourrait-il signer la fin de la pandémie de Covid-19 en procurant à la planète une large part d'immunité collective ? Certains l'espèrent mais une grande prudence reste de mise tant les scénarios à venir restent imprévisibles.

"Peut-être est-ce le dernier variant, peut-être est-ce la dernière vague, peut-être que cette vague nous permettra d'acquérir une forme d'immunité." Devant les députés lundi 3 janvier 2022, et après des propos similaires ce week-end, le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a fait preuve d'un optimisme prudent, entrevoyant une possible sortie de crise.

Un scénario optimiste

Ce scénario semble à ce stade partagé par un certain nombre d'experts. Avec un nouveau variant qui est "un peu plus transmissible (que ses prédécesseurs, ndlr) mais moins agressif, peut-être qu'on assiste à un début d'évolution vers un virus plus banal comme on en connaît d'autres", a ainsi lancé lundi sur BFMTV le Pr. Alain Fischer, le "Monsieur vaccin" du gouvernement français, qui avait accordé un long entretien à . Autrement dit, un virus plus contagieux mais moins dangereux permettrait d'acquérir une immunité naturelle qui, conjuguée à une immunité vaccinale, marquerait l'entrée dans un stade moins sévère de la pandémie.

"A terme, il y a de l'espoir" et "le Sars-CoV-2 rejoindra les autres coronavirus saisonniers humains qui nous donnent des rhumes et des angines chaque hiver", a aussi avancé ce week-end l'épidémiologiste Arnaud Fontanet. "Nous n'y sommes pas encore. On peut s'attendre à ce que de nouveaux variants émergent mais, notre immunité se renforçant avec le temps, soit par infection naturelle, soit avec des doses de rappel du vaccin, leur capacité à donner des formes sévères va diminuer", a-t-il prédit. Mais avant d'en arriver là, le prix à payer pourrait être "un nombre élevé d'infections parmi la population", comme l'a souligné dimanche le directeur du ministère de la Santé israélien, Nachman Ash, s'exprimant au sujet de son pays.


Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée Nationale, durant la séance d'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal le lundi 3 janvier 2022. (Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Pandémie "imprévisible"

Même[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles