Omar Sy, Sénégal à lui-même

Libération.fr

Joué et coproduit par Omar Sy, le road-movie «Yao» est un trop sage autoportrait de la star en mal de racines et de perspectives.

Il est intéressant de se pencher sur la filmographie d’Omar Sy du strict point de vue de la production afin de mesurer à quel point avec le succès d’Intouchables, il est devenu moins un enjeu artistique qu’une cash machine attirant sur son seul nom assez de financement pour que plus personne ne se soucie de la viabilité des films ainsi échafaudés pour lui. Pour avoir un ordre d’idée du changement d’échelle économique dont il est le vecteur, il suffit de comparer le budget de production d’Intouchables (9 millions d’euros) et le nombre d’entrées que le film de Nakache et Toledano a engrangé (19 millions de spectateurs). Or désormais, tous les films avec Omar Sy voient leur facture de production exploser : Demain tout commence (17,5 millions d’euros), Knock (12,6 millions), le Flic de Belleville (15,7 millions). Avec des résulats pour le moins variables au box-office puisque Knock et le Flic de Belleville pointaient très en deçà des performances attendues pour des produits aussi coûteux (l’un et l’autre autour de 500 000 entrées).

Chèvres. Pourquoi cette longue intro pour parler de Yao ? Parce que c’est le premier film où la star française, installée à Los Angeles, endosse la casquette de coproducteur et que le film, tourné au Sénégal et clairement constellé de références autobiographiques, se présente comme une méditation existentielle sur le risque de vanité hors-sol qui menace l’acteur surexposé et pour l’heure voué au seul créneau du mainstream (avec quelques tentatives timides côté Hollywood).

A peine masqué sous le personnage d’un acteur célèbre, Seydou Tall, ayant en plus de sa notoriété cinéma fait un best-seller en racontant sa vie, Sy débarque à Dakar et rencontre Yao, un gamin dégourdi ayant échappé à la surveillance villageoise et à son père pour se faire signer un autographe sur son exemplaire à moitié bouffé par les chèvres et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«Les Fauves», panthère morose
Kapuscinski, divagations filées à l’angolaise
«Continuer», rando d’ado au petit trot
Ticket d'entrée
Jean Lassalle, Béarnais berné